RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
14/03/2014

Economie de ressources, les PME en première ligne

Jean Camier



Dans le domaine des économies de ressources, l’on pense bien souvent aux grosses industries. Pourtant, comme l’a rappelé fin février la Commission européenne, c’est surtout en agissant sur les petites et moyennes structures que des progrès peuvent être enregistrés.


En Europe, il y a environ 20,7 millions de PME. Elles représentent près de 98% des entreprises non financières du vieux continent. Si l’on veut voir les pratiques de consommation d’énergie et d’économie de ressources se généraliser, ce sont elles qu’il faut viser.
 
Ce constat est partagé par la Commission européenne qui a réalisé une étude des programmes de soutien aux PME. « Plus de 230 programmes de soutien aux PME pour mettre en œuvre des mesures d'efficacité des ressources ont été identifiés dans l'UE au cours de l'étude. Parmi ceux-ci, 102 sont classés comme programmes fournissant des services directs et participatifs qui sont adaptés aux besoins individuels des sociétés prises en charge et le restant 128 comme programmes offrant une gamme plus centralisée et générale des services d'information à travers un certain nombre d'organisations plutôt que des entreprises individuelles » explique le rapport.
 
D’après les recherches des fonctionnaires européens, ces actions pour les petites et moyennes structures sont très efficaces et s’avèrent rapidement très rentables.

Jouer la carte de la rentabilité

Contrairement aux très grandes structures qui disposent d’une équipe managériale et d’une hiérarchie bien installée, les PME ne sont que rarement des lieux où les rôles sont répartis de manière claire. Les plus petites structures, parfois familiales, ne disposent ainsi pas forcément du personnel nécessaire pour prendre en charge le dossier des économies d’énergie ou de gestion des déchets.
 
Les institutions étatiques et communautaires veulent encourager un nombre croissant de petites entreprises en leur rappelant l’utilité et les effets bénéfiques d’une stratégie RSE. Mais au-delà de ses impacts à moyen terme, c’est surtout en rappelant que les économies de ressources et d’énergie représentent également d’importantes économies financières. Ainsi, une entreprise en difficulté ou en ralentissement pourra songer à lancer une politique vertueuse pour son activité et pour l’environnement.
 
La logique s’applique également pour les politiques de soutien des Etats. L’accent peut aussi être mis sur les avantages en terme de compétitivité et d’efficacité pour les sociétés nationales.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche