RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
06/07/2016

Des organisations demandent l'interdiction du maïs MON810




Par communiqué l'association Les Amis de la Terre revient sur le cas du maïs transgénique MON810 et demande son interdiction. Des organisations viennent en effet de demander au gouvernement espagnol plus d'informations sur les conséquences de la culture de cet OGM. Sollicitée par les organisations militantes, la Commission européenne a demandé à l'Agence européenne de sécurité alimentaire de rendre un avis.


Pixabay - Image libre de droit
Pixabay - Image libre de droit
« Dans une lettre destinée à des organisations de la société civile, le gouvernement espagnol déclare qu'il n'a pris aucune mesure pour empêcher que le MON810, maïs modifié génétiquement, ne se répande dans les populations de téosinte » commence par communiqué l'association Les Amis de la Terre. «  La téosinte est une espèce exotique que l'on a retrouvée en Espagne ces dernières années. C'est une plante sauvage de la famille du maïs et originaire du Mexique. Des croisements entre la téosinte et le maïs peuvent permettre aux transgènes d'un maïs modifié génétiquement de se propager dans l'environnement et d'y persister. Le maïs MON810 produit un insecticide et est cultivé sur plus de 100 000 ha en Espagne. Les organisations de la société civile demandent maintenant que la culture du maïs MON810 dans l'Union européenne soit arrêtée » continue l'association.

Données prises en compte par la Commission

Pour les associations, cette découverte doit être un argument suffisant pour remettre en question l'uatorisation de culture de cet OGM. C'est désormais à la Commission européenne de prendre une décision alors qu'elle a affirmé qu'elle avait pris en compte ces données qui doivent être analysées par l'Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA).
«En 1998, lorsque la culture du maïs MON810 fut autorisée en Europe pour la première fois, la pré-condition était qu'il n'y avait pas de plantes sauvages apparentées vers lesquelles les transgène pouvaient migrer. Cette situation a changé en 2009, lorsque on a trouvé de la téosinte qui poussait dans les champs de maïs espagnols. En 5 ans, la situation s'est rapidement aggravée et la téosinte apparait être une plante particulièrement invasive. Depuis lors, aucune mesure efficace n'a été trouvée pour empêcher que la propagation ne s'étende encore » affirme Les Amis de la Terre.






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche