RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
06/12/2013

Des élus écologistes et associations pour la suppression du mercure dentaire

Jean Camier



Des élus Europe écologie les verts (EELV) et des association demandent une loi de suppression des amalgames dentaires au mercure. Ils seraient dangereux pour l’environnement voire même pour la santé. Le ministère de la Santé pointe l'absence "d'étude scientifique rigoureuse".


Des élus écologistes et associations pour la suppression du mercure dentaire
Michèle Rivasi, élue écologiste européenne, la sénatrice Aline Archimbaud (EELV) et le député Jean-Louis Roumegas (EELV), des représentants de Réseau environnement santé (RES) et de Non au mercure dentaire ont organisé une conférence de presse jeudi 5 décembre. Ils demandent la suppression des amalgames dentaire au mercure.
 
Les élus demandent à ce que la Sécurité sociale arrête le remboursement des plombages au mercure et autres techniques qui utilisent cette matière. « Il est en effet extrêmement choquant que la Sécurité sociale continue de rembourser un matériau dangereux pour l'environnement, la population et les praticiens » ont-ils martelé.
 
D’après eux, il existe des techniques alternatives comme le ciment de verre ionomère ou des matériaux composites qui peuvent permettre de supprimer sans préjudice le mercure.
 
L’exemple de la Suède a été mis en avant. Le pays a mis en place le déremboursement du procédé et a ainsi vu la pratique quasiment disparaître. D’autres pays ont déjà mis en place des mesures dans le sens du bannissement : la Suisse, la Norvège, le Danemark.

Risques sur la santé incertains

En 2011, l’Organisation mondiale de la Santé a affirmé qu’il existait « des effets délétères à l’amalgame dentaire. » Mais les arguments avancés par les pays qui se sont engagés vers la suppression seraient avant tout d’ordre environnementaux.
 
Bio Intelligence Service à la demande de la Commission européenne, s’est prononcé en 2012 pour l’arrêt du mercure dentaire afin de limiter l’impact environnemental du matériau sur l’environnement.
 
Le ministère français de la Santé explique quant à lui sur son site interne qu’aucune « étude scientifique rigoureuse n’a pu mettre en évidence les effets néfastes des obturations en amalgame sur l’état de santé général des patients ».
 
L’AFP a interrogé le président de l’Ordre national des chirurgiens dentistes, Christian Couzinou, « C'est la meilleure obturation, elle est sûre, antibactérienne et peut durer 30 ou 40 ans" souligne-t-il alors que les résines ou ciments alternatifs "ne sont pas aussi résistants » a-t-il affirmé.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche