RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
17/03/2016

"Biodiversité", le projet de loi examiné à l'Assemblée nationale

Sébastien Arnaud



Les députés ont travaillé mercredi sur l'examen, en deuxième lecture du projet de loi « Reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages ». Un travail de longue haleine qui concerne des questions environnementales majeures, telles que l'interdiction de certains pesticides ou encore la protection des eaux profondes.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Le texte a été adopté en première lecture par l'Assemblée nationale en mars 2015 et par le Sénat en janvier dernier puis modifié en commission Développement durable de l'Assemblée nationale la semaine dernière.

Un communiqué de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) explique que "certaines dispositions introduites précédemment par la commission Développement durable de l'Assemblée Nationale, à l'instar de l'interdiction des néonicotinoïdes ou du chalutage en eaux profondes, constituent des avancées à surveiller de près. À l'inverse, des amendements n'ont pas été adoptés, tel que la disposition visant à inscrire en droit l'interdiction de la chasse à la glu."

La discussion générale qui a précédé l'examen du texte a été l'occasion pour les différents groupes de se positionner. "L'interdiction des néonicotinoïdes et les modalités de mise en oeuvre de celle-ci ont, notamment, cristallisé les désaccords."

Le communiqué ajoute que "les députés ont procédé à l'examen des articles 1er à 4 bis. L'article 1er posant, notamment, une définition de la biodiversité, a été adopté." Mais il note que "l'amendement visant à inclure les sols comme élément constitutif du patrimoine commun de la nation a été rejeté."
Ainsi, "les députés ont adopté un amendement visant à intégrer le principe de non régression du droit de l'environnement dans le code de l'environnement." Ce principe signifie que les dispositions législatives et réglementaires relatives à l'environnement ne peuvent qu'être améliorées.
Avancée majeure, selon la LPO, "l'intégration du préjudice écologique dans le code civil est confirmée par les députés. Ces derniers ont précisé le régime de responsabilité environnementale, permettant d'obtenir la réparation du préjudice écologique, défini comme le préjudice résultant d'une atteinte non négligeable aux éléments ou aux fonctions des écosystèmes, ou aux bénéfices collectifs tirés par l'homme de l'environnement."
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche