RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/05/2017

BNP vise la neutralité carbone d’ici la fin de l’année

Sébastien Arnaud



BNP Paribas a annoncé viser la neutralisation des émissions de CO2 liées à son fonctionnement d’ici la fin de l’année. La réduction des émissions par collaborateur est la priorité grâce à des mesures d’efficacité énergétique des bâtiments, des centres de données ou l’optimisation des déplacements professionnels.


DR
DR
D’ici fin 2017, BNP Paribas assure qu’elle aura neutralisé les émissions de CO2 liées à son fonctionnement. Un objectif ambitieux qui est la conclusion d’efforts dans le domaine depuis quelques années. « Depuis 2012, BNP Paribas a réduit ses émissions directes de CO2 de plus de 15% par collaborateur, en ligne avec l'objectif de - 25% à horizon 2020. Cette réduction résulte d'une politique active d'efficacité énergétique des bâtiments, des data centers ou encore de l'optimisation des déplacements professionnels. Un véritable challenge lorsque l'on sait que les immeubles occupés par BNP Paribas à travers le monde représentent plus de 7 millions de m2 ! » explique le communiqué de la banque.
 
La plus grosse partie de la production de CO2 du groupe vient de la consommation d’électricité. Face à ce constat, BNP s’engage à « les neutraliser en n'utilisant que de l'électricité bas carbone dans tous les pays où cela est possible. » Sur les autres sources d’émissions de CO2 telles que les voyages professionnels et la consommation de gaz, la banque veut s’allier avec des organismes spécialisés pour optimiser :
« par exemple, BNP Paribas va mener un partenariat avec GoodPlanet autour de la construction de biodigesteurs, équipements individuels de production de biogaz, en milieu rural en Inde » continue le communiqué.
 
Toutes ces initiatives s’inscrivent dans le cadre des objectifs pris à l’occasion de l’Accord de Paris au moment de la COP21. C’est après cette conférence mondiale que BNP s’est engagé notamment au travers de son activité de banque. Elle a notamment affirmé qu’elle ne financerait pas de centrales et mines de charbon ou d’entreprises de production d’électricité qui mettent en avant des objectifs en dessous des exigences de leur pays. A l’inverse, elle s’est engagée sur le financement à hauteur de 100 millions d’euros d’ici 2020 de startups qui participent à la transition énergétique.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche