RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
10/02/2014

Au Japon les hybrides dépassent la barre des 20%

Jean Camier



En 2013, 20% des voitures particulières vendues étaient des hybrides. Toutes catégories confondues, ce type de véhicules représente 17% du parc automobile japonais. L'augmentation des prix de l'essence à la pompe, résultat de la dévaluation du yen, est en grande partie responsable de cette tendance.


Le Japon est pionnier dans le domaine des véhicules hybrides. Toyota n’est pas pour rien dans cet état de fait. La marque a lancé la première version de sa Prius en 1997. Entre 2008 et 2012, cette gamme était déjà en tête des ventes de l’archipel.

Dans ce pays où le diesel a été banni par des mesures restrictives en 1999, le succès des moteurs propres interrogent les autres parties du globe. L’UE et la France à titre des exemples, n’arrivent pas à trancher entre des stratégies coercitives ou le soutien actif des filières plus propres.

Augmentation des prix de l’essence

Un nouveau cap a été franchi en 2013. Une voiture de tourisme sur cinq et 17% de l’ensemble des véhicules sont hybrides. Les performances des produits japonais ne sont pas les seuls responsables de ce nouveau bond. La situation économique, avec l’augmentation des prix du carburant, a aussi joué un rôle central.

Depuis quelques années les observateurs du marché automobile s’interrogent sur le succès des hybrides au Japon. Le savoir-faire des marques et leur connaissance de leur marché d’origine sont, pour beaucoup, des leviers de premier plan. De fait les voitures hybrides sont particulièrement adaptées pour les usages urbains avec des embouteillages fréquents et une préférence marquée pour les boites automatiques. Des campagnes de subventions de l’Etat pour encourager l’achat de véhicules peu polluants ont aussi continué. Leur influence ne peut cependant être surestimée puisque en comparaison à 2012 elles ont largement diminué.

Ces explications ne semblent pourtant pas suffire pour 2013.

La chute du yen face au dollar, et ses conséquences sur le prix des hydrocarbures, a beaucoup pesé. Avec une chute de 25% de la monnaie nationale en 2013, les prix à la pompe se sont envolés. Ce phénomène, combiné à des constructeurs qui proposent des hybrides à partir de 15 000 euros, explique largement la progression continue de la part des véhicules hybrides.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche