RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
10/08/2015

Allemagne, les deux visages de la transition énergétique

Sébastien Arnaud



Le quotidien régional Dernières Nouvelles d’Alsace a publié un reportage édifiant sur la réalité de la transition énergétique allemande depuis la sortie du nucléaire. Si la multiplication des investissements dans le renouvelable est une réalité, le retour aux énergies fossiles en est une autre moins avouable.


Publicité RWE
Publicité RWE
« Ni piétons, ni circulation automobile, ni voitures garées. Les volets des maisons sont fermés, il y a des panneaux de bois occultant totalement certaines fenêtres. Pas de doute : ce village de Rhénanie du Nord, entre Düsseldorf et Cologne, est désert » commence le reportage du quotidien régional Dernières nouvelles d’Alsace .

Un village vidé donc par le groupe producteur d’électricité allemand RWE. Le deuxième électricien allemand « exploite, à quelques kilomètres de là, une gigantesque mine de lignite à ciel ouvert. Mine qui alimente par bandes transporteuses la centrale thermique géante de Neurath, aussi puissante qu’une centrale nucléaire, et à laquelle il faut donner à manger des milliers de tonnes de combustible, 24 heures sur 24 » continue le quotidien.

Le prix de la sortie du nucléaire

Dans cette région l’environnement paye le prix fort de la sortie du nucléaire du pays. « les forêts, les champs cultivés, les villages et même les autoroutes A44 et A61 seront méthodiquement décapés pour que le lignite puisse être mis à nu. RWE paie tout. La reconstruction du village, Immerath-Neu, à douze kilomètres, la construction d’une nouvelle autoroute. L’électricien a obtenu l’autorisation d’exploiter le gisement jusqu’en 2045. D’ici à cette échéance, il faudra encore évacuer et rebâtir six villages comme Immerath. Garzweiler, qui a donné son nom à la mine, n’existe plus depuis vingt ans… » lit-on plus loin.

Paradoxalement cette situation est le résultat de la transition énergétique allemande. La sortie du nucléaire trop rapide s’est faite alors que les énergies renouvelables ne sont pas en capacité de prendre le relais. Résultat, même si les investissements dans l’éolien ou le solaire sont visibles, un regain des énergies fossiles s’opère.

Lire en intégralité le reportage du journal Dernières nouvelles d’Alsace





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche