RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
20/07/2017

8,3 milliards de tonnes de plastique ont été produites depuis 1950




D’après une étude publiée dans la revue Science Advances 8,3 milliards de tonnes de plastiques ont été produites entre 1950 et 2015. 6,3 milliards sont devenus des déchets dont moins de 10% ont été recyclés et 12% incinérés. Des chiffres étourdissants pour une situation très préoccupante.


ILD
ILD
Que sont devenus les 8,3 milliards de tonnes de plastiques qui ont été produites entre 1950 et 2015 ? Cette question fondamentale se pose à la lecture d’une étude publiée par la revue américaine Science Advances.  Publiée par des chercheurs des universités de Californie et de Géorgie, l’étude indique par ailleurs que 6,3 milliards de tonnes sont devenus des déchets. Une proportion ahurissante qui est d’autant plus inquiétante que, rapporte L’Obs , « Sur ces 6,3 milliards de tonnes, seulement 9% ont été recyclés, 12% incinérés et 79% se sont accumulés dans les décharges ou dans la nature, en particulier dans les océans où plus de huit millions de tonnes de plastiques sont déversées tous les ans. »

Le travail des chercheurs américains donne le tournis lorsque l’on essaye de se représenter la masse que représente ces déchets. Si la production de déchets plastiques continue de la même façon, en 2050 il devrait donc y avoir 12 milliards de tonnes de plastiques dans les décharges ou dans la nature.
Outre l’enjeu du recyclage, c’est aussi l’utilisation même du plastique qui interroge. Cette matière très peu biodégradable est très largement utilisée pour des utilisations ou des produits aux durées de vie très courtes. « La moitié de tous les plastiques deviennent des déchets après seulement quatre années ou moins d'utilisation » avance un des auteurs, l’universitaire Roland Geyer.

« Il y a des usages pour lesquels les plastiques sont indispensables surtout pour fabriquer des produits conçus pour durer longtemps (…) Mais je pense que nous devons réfléchir soigneusement à notre utilisation étendue des plastiques et nous interroger sur le fait de savoir quand le recours à ces matériaux est nécessaire ou pas » abonde la chercheuse Kara Lavender Law, également citée par le magazine français.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche