RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/07/2015

2 000 scientifiques préparent la COP21

Sébastien Arnaud



Du 7 au 10 juillet près de deux mille scientifiques venus du monde entier se réunissent à Paris pour parler climat. L’événement « Commonfuture » ou « Notre avenir commun face au changement climatique » a pour objectif de préparer la grande conférence internationale sur le climat qui va se tenir à Paris dans quelques mois. Les scientifiques doivent faire émerger des pistes concrètes d’action.


2 000 scientifiques préparent la COP21
« En amont de la conférence mondiale sur le climat (COP21), Paris accueille du 7 au 10 juillet près de 2000 scientifiques venus d'une centaine de pays dans le cadre de la conférence « Notre avenir commun face au changement climatique » » explique un communiqué de Commonfuture.

Sous l’égide du Conseil international pour la science (ICSU), de l’Unseco, de Futur Earth avec le concours de Météo France, « ce forum abordera les grands enjeux du changement climatique dans le contexte des autres changements globaux, en s'appuyant sur les résultats du 5e rapport d'évaluation du GIEC. »

Souligner les solutions

Sur son site, Commonfuture Paris 2015, explique que l’événement qui se tient sur quatre jours au siège de l’Unesco dans le 15ème arrondissement et à l’Université Pierre et Marie Curie « présentera les dernières avancées scientifiques sur le changement climatique et abordera des questions essentielles associées au changement climatique dans le contexte plus large des changements planétaires. »
Avec cette réunion de grands spécialistes du monde entier de la question, les organisateurs veulent préparer le travail pour les discussions politiques de la COP21. L’événement approchant, l’engagement du monde scientifique – principalement le GIEC – peut s’avérer décisif en apportant des arguments d’autorité aux décideurs politiques qui vont chercher à convaincre le concert des Nations.

« Pour les scientifiques, la question s’est progressivement déplacée  de la consolidation des bases scientifiques  pour l’évaluation des risques et des possibilités d’action à la définition de la forme des actions permettant de s’engager dans la transition nécessaire vers des économies et des sociétés adaptées et sobres en carbone. Quant aux acteurs, la question désormais n’est plus pourquoi il faut agir, mais comment » résume le site dans la présentation des journées scientifiques.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche