RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
01/12/2017

Transition énergétique de Paris, le grand défi du financement




Paris est le premier consommateur d’énergie français mais produit seulement 11% de ce qui est consommé. Pire, la proportion de renouvelable dans ce qui est produit plafonne à 6%, de quoi mobiliser des moyens pour entamer la transition énergétique.


ILD
ILD
Cette semaine les Assises de l’Energie à Paris ont été l’occasion de faire un bilan sur la production et la consommation d’énergie du Grand Paris. Les chiffres poussent en effet à agir. La première région économique et démographique est naturellement le premier consommateur du pays. Du coté de la production la région est en retard avec seulement 11% de production de l’énergie qui est consommée. Pire, la part de renouvelable dans ce qui est produit est de 6%.
 
La transition énergétique est donc un chantier titanesque pour la ville et sa région qui affichent une ambition d’exemple dans un domaine où un net retard a été pris sur d’autres collectivités. Pour aller vite, la question du financement est fondamentale comme le montre un article de La Tribune.fr :  « L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie Île-de-France a lancé un appel à projets « chaleur renouvelable » dont le dépôt des candidatures doit être effectué le 15 décembre prochain. En 2018-2019, l'Ademe francilienne misera sur la géothermie et la biomasse profonde ainsi que sur les réseaux de chaleur et la récupération d'énergie fatale, via des appels à projets annuels. Également prévu, trois fois par an, un appel à projet accompagnera le solaire thermique et la géothermie minime. » L’agence aurait ainsi dépensé 184 millions d’euros depuis 2009, confie un de ses responsables au site d’infos économiques.
 
Parmi les autres sources de financement, l’article met en avant la Caisse des dépôts et des consignations (CDC) avec des prêts dédiés ou des investissements dans des sociétés engagées dans des projets de villes intelligentes. Même chose du côté de la BPI qui accompagne indirectement la transition en soutenant des projets attentifs à ces sujets.
 
Enfin, continue La Tribune, le secteur privé peut jouer un rôle clé : « Dès 2011, le Cercle Grand Paris de l'Investissement Durable a donc vu le jour avec des acteurs de tous bords : Schneider Electric, Rexel, General Electric, Suez, RTE, Veolia, Vinci, ou encore l'ITE Efficacity, Urban'Act, l'Agence parisienne du climat, Franck Boutté Consultants... »
 
Lire en intégralité l’article du site La Tribune.fr





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche