RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
04/12/2012

Professeur José-Alain Sahel: « Le mécénat constitue un véritable enjeu sociétal »

RSE Magazine



Au mois d’octobre 2012, le magazine scientifique La Recherche consacrait un portrait à José-Alain Sahel, ophtalmologiste de renommée mondiale, récemment récompensé par la médaille de l’innovation du CNRS pour ses travaux sur les cellules de la rétine. Le CNRS qualifiait à cette occasion de « virtuose de la vision » ce membre de l’Académie des sciences, chercheur, mais aussi, enseignant, praticien, créateur de start-up, et, depuis 2008, fondateur de l’Institut de la Vision où il dirige quinze équipes de recherche et plus de 220 personnes. Il répond à nos questions.


Professeur José-Alain Sahel: « Le mécénat constitue un véritable enjeu sociétal »
Quels sont les projets les plus importants sur lesquels l’Institut de la vision travaille aujourd’hui ?
 
Il y a une centaine de projets en cours, mais les plus marquants sont sans doute ceux portant sur les cellules souches et notamment sur les possibilités de greffer des cellules pour améliorer la vision des patients atteints de dégénérescence maculaire liée à l'âge. Nous travaillons également depuis une quinzaine d’années à maintenir une vision centrale chez les personnes qui ont une rétinopathie pigmentaire et qui risquent de devenir aveugles.
 
Autres projets très avancés, celui sur la restauration visuelle, qui concerne les prothèses rétiniennes et les rétines artificielles, et tout ce qui concerne l’optogénétique, une rétine artificielle biologique, que tout le monde considère comme une révolution. Sans oublier la thérapie génique avec plusieurs essais cliniques déjà en cours.
 
Quels sont les principaux enjeux thérapeutiques et technologiques de ces projets ?
 
Ce sont les technologies liées aux les cellules souches et à la thérapie génique, ainsi que les techniques de prothèses, généralement issues des technologies du handicap, qui vont changer la vie de beaucoup de personnes.
 
Prenons l'exemple de l’optogénétique. Elle consiste à introduire dans les cellules de la rétine un gène qui favorise la production d’une protéine d’algue sensible à la lumière. C’est la première fois que l’on peut transformer des cellules qui ont perdu la capacité de répondre à la lumière en les rendant "photo-réceptrices". Soit on leur fait retrouver ce qu’elles ont perdu, soit on transforme des cellules qui ne sont pas "photo-visuelles" en cellules visuelles. Cela donne des possibilités de régénération insoupçonnées. Cette approche novatrice s’inspire de choses qui existent dans d’autres espèces et qui permettent de déboucher sur une restauration visuelle, pas complète, mais qui va au-delà d’une résolution 60 pixels, soit ce que l’on obtient actuellement et qui est encore très limité.
 
Comme s’est concrétisé le partenariat de l’Institut de la vision avec des entreprises comme Optic 2000 ?
 
C’est une histoire formidable. La fondation Optic2000 était en contact à Strasbourg avec un aveugle très dynamique qui a fait du trekking dans l’Himalaya, qui a créé un centre de basse vision dans les favelas au Brésil, qui a fait Paris-Pékin en tandem, le chemin de Compostelle tout seul avec un GPS (!) et qui leur a parlé de nous. Et un beau jour, Yves Guénin, secrétaire général du groupe, a souhaité nous rencontrer pour nous proposer de nous aider en devenant mécènes de l’Institut de la vision.
 
Nous avons alors organisé une présentation de notre travail devant l’assemblée générale de la coopérative et la Fondation s'est lancée dans un premier partenariat pour trois ans, ce qui a permis de soutenir plusieurs projets.  Elle vient de le renouveler, ce qui montre que ces personnes s’inscrivent dans la durée. Elles ont également accepté nos impératifs de communication, par exemple de ne pas annoncer aux malades des choses qui ne sont pas tenues, et d’avoir une communication honnête et éthique. C’est un partenariat "de rêve".
 
Nous avons également une éthique en terme d'engagement. Si on maintient aujourd'hui notre partenariat avec Optic 2000, on ne va pas se rapprocher par ailleurs d'une marque concurrente. On est dans un partenariat très raisonnable où l’on communique quelquefois ensemble et d’autres fois indépendamment, mais on se tient toujours au courant de ce que chacun fait, on participe ensemble à des symposiums d’ophtalmologues, et Optic 2000 est présent au Téléthon, en synergie avec nous.
 
Quel serait le mode de financement idéal pour votre institut ?
 
Ce serait que l’Etat et les pouvoirs publics jouent leur rôle, ce qu’ils font aujourd'hui plus ou moins. Ce serait également de travailler largement avec le privé pour développer des produits innovants et les amener jusqu’au patient. Le mécénat nous permet de mener des projets à « risques », comme l’optogénétique, que maintenant tout le monde trouve formidable, mais qu’il a fallu amorcer nous-mêmes pour montrer que ça marchait ! Le mécénat permet de mettre en pratique de nouvelles idées, d’avoir une certaine liberté de pensée, une liberté d’action. Il y a un véritable enjeu sociétal, car les chercheurs qui travaillent à l’Institut savent ainsi que ces fondations, les partenaires et les patients s’intéressent à ce qu’ils font.
 
On reste néanmoins toujours inquiet car un Institut comme le nôtre consomme beaucoup de fonds. L'activité de recherche étant loin d'être linéaire, le mécénat représente une possibilité de grandir et d’avoir un avenir où l’on trace des perspectives nouvelles. Dans le contexte actuel, c’est une nécessité.
 
Propos recueillis par S.F.

RETOUR AU SOMMAIRE

 
 Zoom sur:
 La thérapie génique 

 
La thérapie génique est une technique médicale consistant à introduire du matériel génétique sain dans les cellules d'un organisme dans le but que ces gènes remplacent ou se substituent aux gènes défectueux afin de prévenir, de traiter ou de guérir une pathologie. Expérimentée depuis les années 1990, cette méthode permettrait de traiter nombre de maladies.
 

Soutenez l'Institut de la Vision
Soutenez l'Institut de la Vision