RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
25/10/2018

Paris : la piétonnisation des berges n’a pas diminué le trafic et les pollutions

Sébastien Arnaud



La décision de la Mairie de Paris de rendre piétonnes les berges de la Seine n’a pas porté ses fruits en termes de lutte contre les pollutions. D’après Le Parisien, le trafic automobile a même augmenté.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Alors que la justice vient de donner tort en appel à la Maire de Paris dans ce dossier, le bilan va être encore plus difficile à défendre. Face aux arguments pratiques et difficultés des automobilistes, les défenseurs de l’environnement ne peuvent plus arguer de la lutte contre la pollution. L’efficacité de la mesure est en effet remise en question. D’abord par la justice qui – par la Cour d’appel administrative – a pointé du doigt les manquements dans les études d’évaluation des conséquences de la fermeture des berges aux voitures. « Selon sa décision, la Cour estime que « l’étude d’impact (NDLR commandée par la mairie) a délibérément occulté une partie notable des incidences du projet sur les émissions de polluants atmosphériques et les nuisances sonores, notamment en limitant l’analyse de ses effets sur la pollution atmosphérique à une bande étroite autour des berges, sans en étudier l’impact sur les principaux axes de report de trafic, en ne prenant pas suffisamment en compte les effets négatifs dus au phénomène prévisible de congestion du trafic et en s’abstenant d’évaluer les nuisances sonores nocturnes » » rapporte Le Parisien .
 
Le quotidien a donc cherché à évaluer les conséquences de la fermeture des quais. En effet, le fait que l’étude préliminaire ne soit pas assez rigoureuse, n’est pas une preuve d’inefficacité. Mais en observant les chiffres des capteurs de circulation, le journal éclaire d’un jour encore plus défavorable la décision de la maire. L’augmentation de la circulation se vérifie sur chacun des axes principaux, contredisant le projet qui prévoyait que le nombre de voitures diminuerait.
 
Par ailleurs, si à la Mairie de Paris on assure que la pollution a baissé, aucun chiffre ne peut l’étayer. Les évaluations de AirParif et BruitParif ont en effet plutôt tendance à montrer des augmentations des pollutions sonore et atmosphérique.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche