RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/01/2019

Les projets d’énergie citoyenne et responsable se multiplient

Sébastien Arnaud



Dans un reportage vidéo le site Actu-Environnement met en lumière des initiatives d’énergie citoyenne dans le sud de la France. Des installations renouvelables portées par des citoyens dont les bénéfices sont collectifs.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Il n’y a pas que les entreprises qui peuvent conduire des projets d’énergie renouvelable. C’est ce que nous apprend un reportage intéressant publié par le site Actu-Environnement. Se focalisant sur des initiatives dans la région Occitanie, le reportage montre que des projets d’énergie citoyenne se multiplient avec de nombreux atouts pour toute la société. « La région Occitanie se veut être la première région à énergie positive de France, voire d'Europe. Un territoire d'une taille conséquente qui serait en capacité de produire localement plus d'énergie qu'il n'en consomme. On parle ici d'électricité produite à partir de ressources renouvelables. Divers objectifs doivent être atteints pour arriver à ce résultat d'ici 2050 comme la réduction de près de 30 % des consommations d'énergie liées aux bâtiments, à l'industrie et à l'agriculture et une multiplication par trois de la production d'énergies renouvelables » commence le reportage qui mérite d’être visionné et lu en intégralité.

Si les projets fleurissent, c’est aussi parce que les collectivités locales les encouragent par des appels à projets pour des coopératives avec des subventions qui peuvent aller jusqu’à 100 000 euros. Ainsi dix-huit projets sont en fonctionnement quand une trentaine sont en installation ou développement. « L'électricité produite bénéficie d'un dispositif d'obligation d'achat sur 20 ans qui permet de rentabiliser l'installation… Enfin tout dépend de la puissance du projet. La centrale solaire au sol développée par l'association les survoltés, à Aubais, atteint les 250KWc, "le problème c'est qu'entre 100KWc et 500KWc, il n'y a pas d'obligation d'achat, c'est donc impossible d'établir un budget prévisionnel et être crédible devant des banques ou des citoyens", explique Antoine Rousseau, membre de l'association » rapporte Actu-Environnement. Des niveaux de productions qui restent tout de même accessibles pour des associations ou des petites collectivités. Une façon abordable de participer à l’effort collectif en utilisant la maitrise des enjeux locaux pour installer des infrastructures adaptées au mieux.

Lire et visionner ici en intégralité le reportage publié par Actu-Environnement.com





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter