RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
23/09/2019

La France vers une production d’énergie plus renouvelable et plus décentralisée

Jean-François Moreau



La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) trace le chemin que le gouvernement va emprunter au cours des 10 prochaines années, et au-delà, pour certaines thématiques. Ce chemin engage un développement sans précédent des énergies renouvelables électriques tout en prenant en compte de façon renforcée les enjeux environnementaux de faisabilité locale.


La France vers une production d’énergie plus renouvelable et plus décentralisée
Le nucléaire doit décliner progressivement au profit des ENRs
 
Ce chemin que décrit la PPE est conduit par l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, ce qui implique conjointement l’évolution des modes de transport, les économies d’énergie et, côté production d’énergie, l’augmentation des énergies renouvelables dans le mixte énergétique. Le nucléaire reste bien sûr un maillon important mais qui n’est clairement plus prioritaire en termes d’investissement.
 
La PPE fixe l’objectif d’une « transition qui doit être réalisée sans rupture, en donnant une trajectoire claire, argumentée, allant irréversiblement dans le sens du respect de l’environnement et du climat tout en étant inclusive ». Cette trajectoire repose sur une réduction de la part du nucléaire « 4 à 6 réacteurs nucléaires fermés d’ici 2028 dont ceux de Fessenheim, et la fermeture de 14 réacteurs nucléaires d’ici 2035, date d’atteinte d’une part de 50% d’électricité nucléaire dans le mixte électrique » conjointement notamment, à une montée en puissance conséquente des énergies renouvelables. (*)

Pour exemples : doublement des capacités d’énergies électriques renouvelables sous 10 ans pour atteindre 113 GW et environ 35% de la production d’énergie électrique, augmentation de la production de biogaz injecté à hauteur de 14 à 22TWh en 2028 soit environ 4 à 6% de la consommation de gaz, et augmentation de 40 à 60% de la production de chaleur renouvelable par rapport à 2016, pour atteindre une part située entre 35% et 39% de la consommation totale de chaleur.
 
La PPE reste également en accord avec l’objectif de l’Union Européenne de 32% d’énergies renouvelables au niveau européen pour 2030 (sur l’ensemble des vecteurs : électricité, gaz et chaleur). « Les fortes baisses de coûts observées dans ces filières (principalement l’hydroélectricité, le solaire photovoltaïque (PV), l’éolien terrestre et en mer) permettent le développement de capacités importantes avec des soutiens publics réduits par rapport aux projets antérieurs » indique le rapport de synthèse.
 
Ainsi cet été, la Commission Européenne a approuvé le lancement de 6 parcs éoliens en mer pour des puissances importantes, équivalentes à la moitié d'un réacteur nucléaire par parc. A ce sujet, Elizabeth Borne déclarait tout récemment que « L’éolien en mer est une énergie majeure pour la transition écologique ». En effet, le vent est plus conséquent et régulier en mer, les éoliennes sont de taille plus importante que les éoliennes terrestres et les industriels sont prêts pour une première mise en place au large de Saint Nazaire.
 
Production nucléaire : EDF va donc devoir réviser ses plans
 
EDF revendiquait encore récemment la nécessité d’investissements d’avenir massifs dans la production nucléaire bien qu’il soit clair que l’objectif est de diminuer de façon durable la part du nucléaire dans le mixte énergétique.
 
Le projet de PPE l’énonce et donne également le temps à EDF pour préparer les arrêts des centrales et les échelonner dans le temps et ce de façon à ce que le système électrique global soit cohérent avec l’évolution du mixte et qu’il puisse être « résilient à un choc externe comme par exemple une baisse de la capacité de production des réacteurs suite à un incident ou un défaut générique, qui conduirait à l’indisponibilité de plusieurs réacteurs » (*).
 
Evidemment ce programme n’est pas neutre car il est nécessaire d’assurer la maintenance des centrales existantes ainsi que le passage de certaines centrales de type 1300 MW au combustible Mox (**). Cependant, il reste clair que les investissements massifs dans l’industrie nucléaire sont désormais au passé, et qu’il s’agit plutôt d’accorder le juste effort de maintenance et d’évolutions de sûreté aux centrales existantes. Un parc de centrales dont le coût d’investissement est d’ailleurs complètement amorti.
 
L’épineux problème de l’EPR de Flamanville
 
L’EPR de Flamanville est la nouvelle génération – troisième génération - de centrale nucléaire. Lancé en 2007, le chantier de Flamanville devait durer cinq ans, pour un coût de 3,3 milliards d’euros. Il durera plus de quinze ans, pour une facture qui a plus que triplé et qui est estimée à plus de 11 milliards. Ainsi la mise en service de l’EPR de Flamanville « ne peut être envisagée avant fin 2022 », a reconnu, vendredi 26 juillet dernier, EDF lors de la publication de ses résultats financiers. L’Etat a donc toute raison de demeurer dans l’expectative sur cette nouvelle solution qui à terme devait compléter ou remplacer une partie de la capacité des centrales actuelles.
 
Le report somme toute logique de la 4ème génération de réacteur nucléaire
 
ASTRID pour « Advanced Sodium Technological Reactor for Industrial Demonstration » est le nom du projet de prototype de réacteur nucléaire français de quatrième génération, un réacteur à neutron rapide (ou RNR) refroidi au sodium, porté par le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). L’abandon d’ASTRID ou tout du moins sa mise en sommeil qui a été annoncée dans les colonnes du journal Le Monde il y a quelques jours, est somme toute logique et ce compte tenu d’une part de l’objectif de la PPE de réduction du nucléaire dans le mixte énergétique de la France et, d’autre part, de la crédibilité qui reste à démontrer de la génération EPR, qui précède ASTRID, et qui inquiète tant pour la faiblesse de ses infrastructures que pour le coût de sa conception.
 
Le gouvernement n’envisage le déploiement d’un parc de RNR qu’à partir de la seconde moitié du 21ème siècle. En conséquence, le programme ASTRID dont la première phase s’achève, a été fortement réduit. Cependant, même si ASTRID était porteur de l’objectif de produire de l’énergie à partir des déchets des centrales actuelles (l’uranium appauvri et le plutonium), peu d’arguments peuvent justifier à ce jour que l’Etat continue à y investir massivement, les dépenses actuelles depuis le début du programme s’élevant à près de 750 millions et celles à venir, pour déboucher sur une solution complète industrielle, s’élevant à dire d’experts à près de 5 Milliards.
 
EDF va-t-elle sortir de sa très mauvaise voie actuelle ?
 
Autre sujet majeur, le projet « Hercule », souhaité par Emmanuel Macron, actuellement en projet et très contesté par les syndicats, qui prévoit la scission d’EDF en deux entités : un EDF bleu, comprenant le nucléaire, les barrages ainsi que le transport de l’électricité et de l’autre un « EDF vert » rassemblant Enedis, EDF Renouvelables, Dalkia et la direction du commerce.  Un processus qui, s’il est mis en œuvre, ne doit cependant pas ralentir les décisions en cours et limiter le développement de la filière renouvelable.
 
Les ressources d’EDF vont-elles être mises à profit pour maintenir et sortir en douceur du nucléaire, en sécurité, et par ailleurs assurer une transition énergétique forte vers les renouvelables ? Nul ne le sait, ce qui est pourtant clair c’est que désormais, et depuis plusieurs années, plus de la moitié des nouveaux projets de production d’énergie de par le monde, tous pays confondus, sont basés sur les énergies renouvelables. EDF suivra-t-elle cette voie ?
 

Jean-François Moreau
Ingénieur de formation, Jean-François Moreau est un journaliste spécialisé dans les domaines de l’énergie, de l’efficacité et de la transition énergétique des bâtiments. 
Il collabore avec les magazines spécialisés du groupe J3E et le Moniteur. Il dispense également des formations « RGE » aux entreprises du bâtiment. Dans un passé plus lointain, il a mené des projets sur les process et la logistique pour Ciments Calcia (Italcementi).   


(*) document de synthèse de la stratégie Française pour l’Energie et le Climat
(**) Mox : Mélange d’Oxydes 8,5% de Plutonium et 91,5% d’Uranium appauvri

 





1.Posté par ROGER FLANDIN le 24/09/2019 11:45
ASTRID a été finance à hauteur de 1,3 milliards d'euros dont 650 millions en début de mandat de F Hollande
Pour mémoire

2.Posté par Noel le 02/10/2019 17:19
Les EnR , solaires comme éoliennes, ont une production intermittente et incontrolable : quelle que soit leur qualité propre, la qualité de leur installation, la multiplication de leur nombre et un rendement amélioré par les plus récentes recherches, les panneaux solaires PV ne produiront jamais le moindre Kwh 365 nuits par an, et les nuits d' hiver sont longues et énergivores. (Les pics de demande ont toujours lieu en hiver) L' installation d' éoliennes ne résoudra pas le problème car, hiver comme été, il y a fréquemment des périodes sans vent
La puissance manquante devra être obtenu par des moyens de stockage suffisants
Ce stockage devrait être capable de fournir des pointes de puissance élevées : 94 GW en février 2017 et dispoer d'une réserve d'au moins 12 à 15 milliards de KWh correspondant à une consommation d' une semaine en période hivernale.
Ce stockage n' existe malheureusement pas
Compenser en multipliantles centrales à charbon ou à gaz  comme les allemands ?

3.Posté par ROGER FLANDIN le 03/10/2019 09:35
Je veux bien entendre tous les discours sur le manque d'auto-suffisance des énergies renouvelables Il importe d'investir sur ce problème pour lequel il existe diverses solutions facilement exploitables avec des investissements très variables:
En production
- Rechargement en eau des barrages de chute en utilisant l'énergie électrique surproduite de jour par les ENR
maintenues au maximum de leur production.
- Utilisation des surproductions des ENR pour fabriquer de l'hydrogène utilisable soit comme carburant soit comme
source d'électricité

En utilisation
- Multiplier la mise en oeuvre de l'isolation des bâtiments.
- Décentraliser au maximum la production des énergies pour éviter les pertes du réseau de distribution, pour
Pour mémoire les pertes réseau de bout en bout pour le réseau RTE aujourd'hui sont égales à 10% de l'énergie
produite,
Si l'on prend l'exemple d'une centrale de 1450 mégawatt sa puissance disponible pour l'utilisateur ne sera que:
1450x0.94 = 1363 (0.94 rendement correspondant à l'autoconsommation des auxiliaires pompe, condenseur,etc, )
1363x0.90 = 1226 ( 0.90 rendement du réseau de transport )

Au total pour 1 225 mégawatt d'énergie électrique consommable, il sera envoyé dans la nature 3 000 mégawatt sous forme de chaleur. Ce qui pourrait chauffer 500 000 logements.

En fait en France pour produire des bombes on a construit au départ un système dont le sous produit était de l'énergie électrique dont ont à forcer l'utilisation par la multiplication du chauffage électrique. C'est l' abéhration de base

4.Posté par Noel le 04/10/2019 12:30
Envisager toutes sortes de possibilités comme vous le faites pour stocker l' électricité du futur est très facile a condition de ne les accompagner d' aucun chiffre YAQUA
Vous préconisez le stockage au moyen de pompage-turbinage (STEP) ; cette technique est utilisée depuis fort longtemps mais peu de barrages hydro-électriques conviennent (Pas de réversibilité). Leur limite de stockage en France est de l' ordre de 2 Twh alors que les EnR ont besoin de 15 à 20 Twh pour palier à l' absence de production durant certaines périodes hivernales. De plus, il ne suffit pas d' appuyer sur un bouton pour passer du turbinage au pompage. C' est beaucuop plus compliqué
San rentrer dans trop de détails,les interfaces statiques des éoliennes et du PV n’ont aucune puissance de court-circuit. Le démarrage même progressif des moteurs de pompes ne peut être assuré que par des groupes tournants ayant une puissance de court circuit ou adossé à l’alternateur d’une des turbines de la STEP.
Donc il ne faut pas trop compter sur les STEP pour une augmentation significative de la puissance apportée au réseau en cas de besoin.
Concernant le pertes du transport en résea actuelles , je m' autorise à ne pas vous suivre. Les pertes actuelles sont très inférieures à 10%. De plusl a décentrlisation à outrance que vous préconisez multipliera les lignes à basse tension dans lesquelles les pertes sont plus importantes que dans les lignes à Haute et très haute tension
Par ailleurs il n' est déjà pas facile de réguler et ajuster en permanence la production sur la consommation avec un peu plus d' une centaine de site de productions (réacteurs, centrales thermiques, etc), le faire avec plusieurs centaines de milliers de sites à production intermittente et incontrolable deviendra mission impossible
Pour finir j' avoue ne pas suivre le cheminement de vos calculs concernant votre centrale de 1200 MW qui enverrait 3000 MW dans la nature au lieu de chauffer 500 000 logements
Le chauffage demande de l' énergie donc des Kwh : à 6 000 Kwh annuellement environ par logement, cela représente 3 Milliards de Kwh perdus . Une paille !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter