RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/01/2020

La France est-elle toujours favorable aux investissements ?

Pauline



Aujourd’hui, pour augmenter la valeur de son patrimoine ou dégager un complément de revenu, il n’est pas de meilleure solution que d’investir. Pour cela, il s’agit de placer son argent dans un bien, un produit financier, une société ou encore un fond qui rapportera des bénéfices à plus ou moins court terme.


Image Pixabay
Image Pixabay
Ces capitaux permettent de générer du développement économique dans un état. C’est pour cela que les gouvernements n’hésitent pas à mettre en place des dispositifs législatifs favorables pour attirer les investisseurs. C’est le cas de la France qui intervient dans de nombreux types de placements.

Les achats de parts en SCPI

L’investissement le plus réputé en France en 2019 est l’achat de parts dans les SCPI. Les sociétés civiles de placement immobilier ont pour objectif d’acheter différents types de biens en France, sur le territoire de l’Union européenne ou en dehors pour profiter de toutes les opportunités économiques, juridiques et fiscales des États. Les bénéfices sont tirés des loyers perçus sur la location des immeubles ainsi que sur la revente des bâtiments. Ce qui attire le plus les particuliers, c’est leurs bons taux de rendement, la facilité de gestion ainsi que la possibilité de faire déduire les intérêts d’emprunt si l’on achète des parts de SCPI à crédit. Par exemple, avec une SCPI Corum XL, on place son argent sur une SCPI de rendement européenne qui enregistre de 2018 un taux de croissance de 7,91%.

L’investissement sur l’innovation

Aujourd’hui, les entreprises locales innovantes ont la possibilité d’ouvrir leur capital aux investissements privés. Pour cela, il faut consacrer une partie de son chiffre d’affaires dans la recherche, le développement et la technologie. C’est le cas des startups dans la « biotech » ou dans la « technmed ». Les investisseurs bénéficient d’importants avantages fiscaux. Les fonds de placement dans l’innovation doivent être agréés par l’AMF : l’autorité de régulation des marchés financiers. C’est un investissement sur l’économie réelle. Il est potentiellement très rentable, mais aussi très risqué.

Les achats d'immeubles en défiscalisation

Les achats en loi Pinel ou en loi Malraux permettent d’investir dans l’achat de logements neufs ou anciens à rénover. Ils sont situés dans des zones géographiques spécifiques et les loyers sont plafonnés par la loi. Les logements ont vocation à agrandir le parc de logements dans certaines grandes villes ou la demande est très forte en favorisant les investissements des particuliers. L’avantage de faire construire un logement neuf dans le cadre de la loi Pinel, c’est de pouvoir déduire les investissements de ses impôts sur le revenu. Dans le cas de la loi Malraux, les remises fiscales concernent les matériaux et les travaux de rénovation. Le bénéfice est tiré des loyers qui permettent de payer les mensualités du prêt. Une fois le crédit terminé, le loyer constitue un vrai complément de revenus et le bien est entré dans le capital de l’investisseur.

Les placements sur les produits culturels

Savez-vous qu’il est possible d’investir dans le 7e art en France ? Les SOFICA (Sociétés de Financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles) ont été créées à l’initiative des producteurs français et des banques pour aider la création de films. En effet, les budgets de réalisation sont plus ou moins importants. Ils ne trouvent pas suffisamment de fonds auprès du CNC, des diffuseurs et des annonceurs et se tournent vers des fonds d’investissement privés. Les avantages fiscaux sont assez importants puisqu’ils permettent de déduire des impôts jusqu’à 48 % des sommes investies. Néanmoins, il faut être en mesure de bloquer un capital d’environ 5000 euros sur au moins 5 ans, et d’assumer le faible taux de rentabilité de 2 %.
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter