RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
05/04/2018

Gestion de l’énergie : des maires de grandes villes appellent à la décentralisation

Sébastien Arnaud



Dans une tribune publiée par Le Monde, les maires d’une vingtaine de villes – dont Anne Hidalgo et Alain Juppé – invitent à « faire évoluer la gouvernance du système énergétique français vers davantage de décentralisation et de démocratie locale ».


ILD
ILD
La politique énergétique ne peut pas se jouer uniquement aux échelles européenne et nationale. Voilà en résumé ce que disent la vingtaine de maires de grandes villes françaises dans une tribune publiée par le journal Le Monde. Le texte, porté à l’origine par Alain Juppé (Bordeaux) et Anne Hidalgo (Paris) a été signé par des maires et élus locaux de grandes agglomérations comme Lyon, Lille, Rennes, Grenoble ou Strasbourg.
 
 « Alors que s'ouvre le débat public pour la programmation pluriannuelle de l'énergie et que la Commission européenne va publier sa feuille de route "Climat et Energie EU 2025", nous appelons au fléchage vers les collectivités d'une partie de la hausse de la contribution climat énergie et à l'adoption d'une loi d'orientation pour la décentralisation de la politique énergétique. L'efficacité de notre action, son acceptation sociale et la cohésion des territoires en dépendent » estiment les élus locaux dans un texte qui a été repris par un communiqué de la Ville de Paris.
Rappelant les objectifs de l’accord de Paris et de la loi sur la transition énergétique, ils estiment que le rôle des collectivités est central :  « Or, en matière de politique énergétique, l'essentiel des leviers reste aux mains de l'Etat ou d'opérateurs nationaux en situation de monopole. Pourtant, sur le terrain, tout démontre que l'approche technique et centralisée a atteint ses limites : les infrastructures de production d'énergies renouvelables peinent à se mettre en place, les rénovations énergétiques ambitieuses sont rares et le véhicule individuel, avec moins de deux personnes à bord, reste le mode de déplacement dominant. Pour y remédier, il faut faire évoluer la gouvernance du système énergétique vers davantage de décentralisation et de démocratie locale. »
Selon eux, « décentraliser, c'est démocratiser les enjeux majeurs de l'énergie et du climat et responsabiliser les acteurs du territoire, c'est aussi créer davantage de réciprocité et de solidarité entre urbains et ruraux. En plus de nourrir la population, le monde rural aura un rôle-clé pour la production d'énergies renouvelables pour tous. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche