RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
08/06/2018

Cryptomonnaies : une consommation électrique loin d’être virtuelle

Sébastien Arnaud



Les monnaies virtuelles consomment 0,3% de la consommation mondiale et leur part devrait continuer à augmenter considérablement. Un sujet clé trop souvent ignore quand on parle cryptomonnaies, souligne le site économique La Tribune.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Insaisissable mais très consommatrices d’énergie. On parle beaucoup des cryptomonnaies pour les risques dans les domaines de la régulation et des phénomènes financiers. L’image que l’on peut avoir de ces monnaies virtuelles a tendance a nous faire passer à côté d’un point central que souligne avec justesse La Tribune . « Aussi variées soient-elles, les évaluations de la consommation électrique des cryptomonnaies, effectuées par des chercheurs et présentées par France Stratégie le 4 juin dernier, sont affolantes. Estimée aujourd’hui à 0,3% de la consommation mondiale, la quantité d’électricité engloutie pour leur minage affiche une courbe exponentielle. Et on voit mal comment cette tendance pourrait s’inverser » écrit sur son site le magazine économique.
 
Par leur principe même, ces monnaies sont sous perfusion électrique et leurs besoins peuvent exploser en fonction du succès rencontré. « Le minage permet de sécuriser la monnaie grâce aux calculs mathématiques effectués par les mineurs, qui reçoivent en récompense de leurs services les bitcoins nouvellement créés ainsi que les frais des transactions qu'ils confirment. Le chercheur affirme que cette consommation varierait de façon quasi proportionnelle au cours de la monnaie. Ainsi, quand le cours du bitcoin a été multiplié par 14 au cours de l'année 2017, la consommation électrique liée au minage a été multipliée par 10 » décrypte La Tribune.
 
Ainsi, si le succès que l’on prédit aux cryptomonnaies les plus célèbres se réalise, la consommation devrait exploser. Un des spécialises du sujet, l’universitaire Jean-Paul Delahaye, a tenté d’évaluer les consommations annuelles du bitcoin en fonction des évolutions prévues. Il estime qu’annuellement le bitcoin pourrait consommer entre 30 et 100 TWh. A titre de comparaison, le parc nucléaire français dans son ensemble produit environ 400 TWh chaque année. De quoi s’interroger sur les conséquences de ces monnaies aux conséquences bien réelles et sur lesquelles les autorités n’ont que très peu de prises.

Lire ici en intégralité l’article sur le site du magazine La Tribune





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche