RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
17/12/2018

86% des poissons de grande surface ne proviennent pas de la pêche durable




Une enquête UFC-Que Choisir s’est penchée sur l’offre en poissons de 1 134 grandes surfaces. Le résultat est sans appel avec une très large majorité de produits issus de filières non durables. De quoi faire réfléchir les ministres européens réunis à Bruxelles pour fixer les quotas de pêche de 2019.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
La pêche durable est une exception. Dans les grandes surfaces, il semble que l’écrasante majorité des poissons vendus n’en sont pas issus. C’est du moins ce que rapporte UFC Que Choisir qui s’est penché sur les étals de poissonneries de 1 134 grandes surfaces. « Seuls les poissons pêchés avec des méthodes respectueuses de la ressource et dans des zones où les stocks sont abondants peuvent être considérés comme durables. Mais en croisant les données sur les méthodes de pêche avec les zones de capture, il apparaît qu’au rayon poissonnerie de la grande distribution, 86 % des poissons examinés sont « non-durables » ! Le cabillaud est le poisson qui affiche le pire résultat (88 % de poissons non durables), suivi par la sole et le bar (respectivement 86 % et 80 % de poissons non durables) » relève le communique de UFC Que Choisir.

L’autre constat le plus fort de cet travail concerne l’étiquetage. « Dans deux tiers des cas, les mentions obligatoires sont absentes, fantaisistes ou trop vagues. Avec plus de trois poissons sur quatre mal étiquetés, Intermarché décroche la palme, talonné par Système U et Leclerc qui totalisent respectivement 76 % et 67 % d’étiquetage non conformes ! S’agissant des zones de capture, on relève des mentions particulièrement vagues du type « Atlantique » ou « Méditerranée ». Or, en l’absence de zone maritime précise, on ne peut pas identifier les poissons provenant de stocks surexploités. Quant à l’information sur les méthodes de pêches, elle est absente pour un poisson sur quatre ! Alors que les consommateurs sont conscients des dégâts occasionnés par certains engins de pêche comme les chaluts de fonds, il est inadmissible qu’en étant privés de cette information, ils puissent acheter à leur insu des poissons pêchés de manière dévastatrice pour l’environnement » s’insurge l’association. Des éléments forts qui font écho aux ministres de européens réunis actuellement à Bruxelles pour fixer les quotas de pêche de 2019.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter