RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/07/2019

​Qualcomm condamné pour concurrence déloyale par l’UE




La Commission européenne vient d’infliger une amende de 242 millions d’euros au mastodonte américain des composants électroniques Qualcomm. L’exécutif européen a estimé que le groupe a vendu des produits en dessous du prix de fabrication pour écraser la concurrence.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Voilà une amende qui devrait lui faire passer l’envie de tricher. Pour écarter la concurrence, Qualcomm a vendu ses produits en dessous du prix de fabrication. C’est ce qu’a établi l’enquête diligentée par la Commission européenne concernant les pratiques déloyales du groupe américain de composants électroniques. « Le géant américain est accusé d’avoir abusé de sa position dominante en mettant en place cette pratique – dite de « prix d’éviction » – entre mi-2009 et mi-2011, avec deux clients, les géants chinois des télécommunications ZTE et Huawei. L’objectif était d’« éliminer » le Britannique Icera, « son principal concurrent de l’époque », qui « était en train de devenir un fournisseur viable », poursuit l’exécutif européen. Icera avait été racheté en mai 2011 par la société de technologies américaine Nvidia, qui a décidé en 2015 de liquider la branche d’activité concernée par l’enquête de la Commission » précise Le Monde .
 
Ce n’est pas la première fois que la compagnie a été condamnée pour des pratiques commerciales déloyales. « Cette amende fait suite à une première amende de 997 millions d’euros infligée en janvier 2018 pour un autre comportement jugé abusif de Qualcomm, qui avait versé d’énormes sommes à son client Apple pour qu’il ne s’approvisionne pas auprès de ses rivaux » lit-on plus loin. 
 
« Une position dominante sur le marché n'est, en soi, pas illégale au regard des règles de l'Union en matière de pratiques anticoncurrentielles. Il incombe néanmoins tout particulièrement aux entreprises dominantes de veiller à ne pas abuser de leur pouvoir de marché en restreignant la concurrence, que ce soit sur le marché où elles détiennent une position dominante ou sur des marchés distincts. Or, il ressort de notre enquête que Qualcomm a abusé de sa position dominante entre la mi-2009 et la mi-2011 en pratiquant des prix d'éviction. Qualcomm a vendu des quantités déterminées de trois de ses chipsets UMTS à un prix inférieur aux coûts à Huawei et à ZTE, deux clients d'importance stratégique, dans le but d'éliminer Icera, son principal concurrent de l'époque sur un segment de marché offrant des performances de haut niveau en matière de flux de données » justifie la Commission dans un communiqué de presse. 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter