RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
25/02/2016

Une vague artificielle respectueuse de l’environnement

Sébastien Arnaud



Les infrastructures qui proposent des vagues artificielles pour surfeurs se sont multipliées, soulevant des questions sur leur impact environnemental. Un français vient de mettre au point un système qui créent des vagues sans abimer le patrimoine naturel.


Source Okahina Wave
Source Okahina Wave
C’est le quotidien local Sud Ouest qui a rapporté en premier l’information. Un Bordelais vient de déposer un brevet sur un système de création artificielle de vagues qui respecte l’environnement. En effet, si les dispositifs qui permettent de fabriquer des vagues, la plupart posent de sérieux problèmes de modification du patrimoine naturel avec des tonnes de bétons et une consommation d’énergie importante.

Laurent Hequilly, l’inventeur du système, aurait trouvé une solution. « Son système consiste à implanter un atoll flottant en milieu marin ou dans un lac. Un système, breveté en juillet 2015, qui s'inspire du fonctionnement hydraulique des récifs coralliens annulaires et consommerait trois fois moins d'énergie que les autres procédés. Car, l'eau n'aura pas besoin d'être purifié puisqu'il sera installé en eau naturelle. Cette petite île ne serait pas construite avec du béton, mais des matériaux composites, entièrement fabriqués en Aquitaine » explique Sud Ouest.

Un avenir mondial

Grâce à ce procédé appelé « Okahina Wave », il serait possible de créer une vague de deux mètres toutes les quinze secondes pour une durée de surf allant jusqu’à trente secondes. Par ailleurs, pour aller encore plus loin dans le respect de la biodiversité, un récif artificiel peut être créé pour favoriser le développement de la faune et de la flore.

En développement, le projet vient de lever 260 000 euros avant de lancer une campagne de levée de fonds de deux millions d’euros. « Nous avons de la demande au Maroc, aux Emirats Arabes Unis, en Asie, en Aquitaine, en région parisienne (…) dans les villes, les plans d'eau ne manquent pas et n'ont pas de valeur » explique Laurent Hequily cité par le quotidien local.

Partout où il y a un plan d’eau, une recherche de valorisation et une exigence écologique ce projet pourrait intéresser. Un potentiel énorme pour l’inventeur qui vient à peine de lancer sa startup. Lire ici en intégralité l’article du quotidien régional Sud Ouest





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche