RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
06/05/2016

Une carte de France des sites très pollués




Publié le 4 mai dernier par l’association Robin des bois aux Editions Arthaud, l’Atlas de la France toxique, qui regroupe 36 cartes, met en lumière les pollutions et les risques qui menacent l’environnement et la santé en France.


Paris : Pixabay, image libre de droits.
Paris : Pixabay, image libre de droits.
Un article en ligne du journal Le Monde explique que « l’association se défend de seulement dénoncer les pollueurs et veut avant tout faire réagir. »

Jacky Bonnemains, le président de la Fondation, assure : « C’est un atlas violent mais réaliste, pédagogique, explique Il s’agit d’informer et d’inciter le public, les riverains, les victimes à s’organiser pour interpeller les responsables. »

L’article ajoute que « cette compilation, réalisée à partir des enquêtes de l’association et des données institutionnelles et publiques, ressemble néanmoins quelque peu à un pot-pourri dont l’odeur donne le tournis : le résultat en devient presque indigeste. »

Cependant, l’article précise que « ce livre a le mérite de rappeler que toute activité humaine génère des risques et des pollutions, dont on prend trop souvent tardivement la pleine mesure. »
 

Le risque que représentent les pesticides

L’article explique que « la conscience des risques que représentent les pesticides pour la santé et l’environnement a beau grandir, leur usage dans les campagnes françaises ne cesse de croître. »

En outre, il ajoute que « bien que nombre de ces substances chimiques soient classées CMR – cancérogènes, mutagènes (toxique pour l’ADN) ou reprotoxiques (nocifs pour la fertilité) –, le secteur agricole en consomme de plus en plus, avec une hausse annuelle de 5,8 % entre 2011 et 2014, qui s’est même accélérée ces dernières années (+ 9,4 % entre 2013 et 2014), selon les derniers chiffres officiels publiés début mars. »

La carte des CMR, dressée par Robin des bois « à partir des données de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, vient ainsi rappeler les volumes toujours plus importants vendus annuellement dans chaque département français. »

Lire l’intégralité de l’article ici.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche