RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/04/2017

Un gratte-ciel pour nettoyer l’environnement

Sébastien Arnaud



Un projet de gratte-ciel équipé de technologies pour assainir l’environnement vient d’être récompensé lors d’un concours international des buildings. Toutes les promesses technologiques ne peuvent pas encore être tenues donc pour l’heure le Heal-berg reste à l’état de projet.


ILD
ILD
Un gratte-ciel flottant qui a un impact positif sur l’environnement. Pas un impact nul, mais bien positif assurent les créateurs du Heal-berg. « Un projet de gratte-ciel prévoit d’accueillir un concentré de technologies permettant de respecter et d’assainir l’environnement. Bien que gratte-ciel ne rime pas vraiment avec écologie, il y a dans ce cas présent de quoi être optimiste, du moins en théorie » avance le site spécialisé Science Post.fr .

Le Heal-berg fait un peu parler de lui parce qu’il a été distingué d’une mention honorable au concours international de gratte-ciel Evolo Skyscraper Competition de cette année. Une compétition qui récompense les innovations et projets écologiques. Les concepteurs du projet en parlent comme d’une solution pour régler le problème des émissions de CO2 : « certaines des avancées technologiques innovantes les plus récentes du monde et les associera comme éléments d’un mode de réalisation plus important dans l’ensemble afin d’atteindre un but, la survie. »

« Le Heal -berg est un gratte-ciel flottant qui embarquera des technologies vertes issues de diverses innovations dont certaines sont encore à l’étude ou en cours de réalisation. Sa mission principale sera de purifier l’air de son environnement immédiat en utilisant des lasers inventés par l’Université de Californie dont le but est de capter le dioxyde de carbone, de le filtrer et de le transformer en oxygène » précise Science Post.

Le projet est tellement ambitieux qu’à l’heure actuelle il ne peut être autre chose qu’un projet. « Le bâtiment fonctionnera à l’énergie éolienne. En effet, sa forme aérodynamique permettra à des turbines de fonctionner grâce au vent. Celui-ci utilisera également l’énergie osmotique issue d’une technologie qui doit encore faire ses preuves. L’énergie osmotique serait celle qu’il serait possible d’obtenir au voisinage des estuaires à l’endroit où l’eau douce fluviale se mélange à l’eau salée de la mer » lit-on plus loin.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche