RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
10/04/2017

Stratégie bas-carbone, la France meilleur élève européen




D’après un classement des pays européens pour leur stratégie bas-carbone publié par le WWF, la France est le pays le mieux positionné. L’évaluation prend en compte les objectifs, leur réalisme et les moyens mis en œuvre mais aussi d’autres critères comme la transparence, l’engagement politique et le suivi.


ILD
ILD
La France n’a donc pas fait semblant d’être leader à l’occasion de la COP21 de Paris. En 2015, sur les 28 pays membres de l’UE, seuls onze ont mis en place une stratégie de réduction des émissions pour 2050. Ce sont ces pays qui ont été analysés par le WWF qui vient de publier un classement qui place la France en tête.
 
« Dans le rapport disponible en ligne, le WWF a donc classé les stratégies bas-carbone des pays membres de l'UE en prenant en compte l'objectif de réduction des émissions pour 2050, le caractère réaliste, le niveau d'ambition des objectifs climat & énergie, la transparence des procédures, l'engagement politique ou encore le suivi des progrès réalisés » avance le communiqué de l’ONG. « C'est la France qui arrive en tête de ce classement avec une note de 78% devant le Royaume Uni (71%) et la Finlande (68%). Le WWF identifie deux points d'amélioration pour la France : son niveau d'ambition (son objectif de réduction des émissions (75% d'ici 2050) pourrait être revu à la hausse) et la transparence des procédures » lit-on plus bas.
 
Pour les autres pays classés, on observe toutes sortes de situation. A titre indicatif, Chypre, bon dernier, n’a présenté qu’un brouillon de stratégie et obtient donc la note de 25%. Les notes ont pris en compte les objectifs et leur alignement sur l’Accord de Paris. Ils prennent aussi en compte  leur réalisme, la transparence dans leur conduite et la mise à contribution des entreprises ou de la société civile en général. Le directeur France de l’organisation au panda et ancien ministre, Pascal Canfin, s’est réjoui de ce résultat : « Cela renforce l'idée que le prochain gouvernement doit appliquer cette loi et non la remettre en cause. Nous rappelons néanmoins que de bons objectifs ne suffisent pas à eux seuls à faire une vraie politique ! Preuve en est le retard important que la France accuse dans le développement des énergies renouvelables. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche