RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
11/04/2017

Rhétorique pour la RSE à destination des chefs de petites et moyennes entreprises

Sébastien Arnaud



Un article du quotidien régional "La Nouvelle République" revient sur une réunion en Indre et Loire. Deux patrons sont venus défendre le concept de la RSE devant des chefs d’entreprises du secteur du bâtiment. Une rencontre anecdotique mais qui montre que le concept progresse sur le terrain et n’est plus seulement l’affaire des grands groupes.


ILD
ILD
Comment savoir si la RSE est une mode ou une vraie tendance ? Voir que les années passent et que le concept existe toujours est une forme de réponse. Une autre manière de voir les choses est d’observer avec attention les initiatives en sa faveur. Plus on s’éloigne des universités et des colloques en s’approchant du terrain, plus on a le sentiment que la RSE est là pour rester.

C’est pour cette raison que le reportage en Indre-et-Loire du quotidien régional La Nouvelle République a toute son importance. L’article fait le compte-rendu d’une réunion du club construction du département qui rassemble les chefs d’entreprises et professionnels du secteur. Le sujet de ce rendez-vous : la RSE. « Et pour ce faire, on a prêché par l'exemple. Deux entreprises de taille très différentes : Val Touraine Habitat, 381 salariés, premier bailleur social de la Région et Équinoxe (Saint-Branchs) 18 salariés, spécialiste de l'intégration des systèmes électriques et hydrauliques dans l'habitat ont évoqué leur propre approche de la RSE » explique l’article publié sur le site du journal.

Les deux chefs d’entreprises ont présenté la démarche en abordant plusieurs aspects : la nécessité d’avoir une approche globale plus que l’accumulation des démarches, le développement durable, la formation professionnelle, l’engagement dans le recrutement stable de salariés plutôt que l’utilisation systématique d’intérims. « Le patron d'Équinoxe prend le risque de très bien former des salariés qui « passeront » peut-être à la concurrence. « Peu importe car à terme, chacun va se rendre compte qu'un salarié formé, c'est bénéfique pour tout le monde. La RSE, c'est une logique du gagnant-gagnant » » note le quotidien local.

Lire en intégralité l’article sur le site du journal La Nouvelle  République   





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche