RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/11/2013

Renault demande au CEA de limiter les risques d’incident sur les voitures électriques




L’explosion d’une batterie sur un modèle de Tesla Motors inquiète le secteur automobile dans son exploration de l’électrique. Renault a fait le choix d’impliquer le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) pour résoudre les risques d’incident sur les batteries lithium-ion.


Les incidents techniques qui ont touché les modèles électriques de luxe Tesla ont semé la panique dans le secteur automobile électrique. Les incidents à répétition pour le constructeur californien a remis en question son parcours exemplaire et les promesses de développement du marché des voitures électriques.
 
Le constructeur français Renault a décidé de réagir face au phénomène de contre-publicité qui inquiète son développement de la technologie électrique. L’entreprise a demandé au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) de tester la fiabilité des batteries lthium-ion.

Installations pyrotechniques

Le CEA a confirmé son engagement et mis en service des installations pyrotechniques sur son site de Monts. Le laboratoire de tests de fiabilité et d’analyse des risques attirent d’autres géants industriels intéressés par la technologie électrique : Siemens, Eurocopter et DCNS.

Les experts du CEA vont mettre à mal les piles que les entreprises vont leur soumettre. Les batteries seront placées dans des fours, percées ou testées dans des conditions de surcharge. Ils espèrent ainsi pouvoir établir la résistance et la durée de vue des matériaux ainsi que leurs réactions dans les conditions extrêmes d’incendie, de chocs et de déformations. Des expérimentations appliquées doivent permettre de saisir les effets des dégagements gazeux.

Le coût du projet du CEA baptisé « Lavoisier » s’élève à 120 millions d’euros. Il a pour but de positionner la France dans la course sécuritaire qui a été lancée. Le CEA et Renault ont pris au sérieux le coup d’arrêt qui a touché Tesla. Pour eux, l’essor de l’électrique ne peut être envisagé sans un bond technologique dans le domaine. « La France a déjà raté la marche de la batterie des téléphones portables. Nous ne devons pas rater celle des batteries embarquées », résume Bernard Bigot, administrateur général du Commissariat de l’énergie atomique et aux énergies alternatives.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche