RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
28/04/2016

RSE et diversité, la difficile équation

Sébastien Arnaud



La diversité n’est pas toujours au beau fixe en termes de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE).


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Un article en ligne du journal Les Echos explique que « bien qu'elle soit une des composantes de la Responsabilité Sociétale des Entreprises dans sa thématique citoyenne, dont l’approche accorde une importance capitale à la non-discrimination, la diversité marque le pas partout en France. »

L’article ajoute que « la Charte de la Diversité lancée en octobre 2004, visant à inciter les entreprises à garantir la promotion et le respect de la diversité dans leurs effectifs, compte, en près de 12 ans d’existence, 3 400 signataires. »

Quant au Label Diversité, il a été lancé « à l’initiative de l’Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines (ANDRH) et de l’Association Française de Normalisation (Afnor), en décembre 2008 afin de concrétiser les démarches des entreprises qui se sont engagées dans la Charte de la Diversité, compte à ce jour environ 300 entreprises labellisées. »
 

Les discriminations, obstacles à la cohésion sociale

Selon l’Institut Montaigne, qui l’écrit dans une étude publiée en septembre 2014, "Dix ans de politiques de diversité : quel bilan ?», « Les discriminations constituent un des principaux obstacles à la cohésion sociale en France. Une forte pression pèse sur les entreprises qui doivent lutter, sans pour autant avoir les moyens de le faire, contre des discriminations créées très en amont de l’entrée dans le marché de l’emploi. En effet, les politiques de diversité dont les entreprises sont les récipiendaires ont pour objectif de corriger des discriminations issues des inégalités subies tout au long de la scolarité. »

L’article des Echos ajoute que « le concept de management de la diversité est apparu aux USA dans les années 1980, lorsque les entreprises ont été placées dans l’obligation de revisiter leurs process de recrutement et de gestion des personnels afin de se conformer à la législation anti discriminatoire. »

Il souligne également qu’ « en décidant de mettre l’accent sur les avantages économiques et concurrentiels, la valorisation de l'image, et la dimension socialement responsable de la diversité, elles ont transformé le risque en opportunité. »

Lire l’intégralité de l’article des Echos ici.
 
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche