RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
27/11/2014

Que faut-il attendre de la Conférence environnementale ?

Jean Camier



Les 27 et 28 novembre se tient la troisième Conférence environnementale. Au cœur des débats sur le climat et la transition écologique, cette rencontre est l’occasion pour le gouvernement de soumettre aux syndicats, entreprises et ONG une feuille de route environnementale pour la prochaine année.


Que faut-il attendre de la Conférence environnementale ?
Le rendez-vous annuel des acteurs français de l’environnement et de la transition écologique s’est ouvert jeudi 27 novembre à Paris. Cette troisième édition de la Conférence environnementale va se dérouler sur deux jours en réunissant associations, entreprises, représentants du gouvernement. Le contexte est particulièrement compliqué cette années où les actualités environnementales ont pris une grande place avec la mort de Rémi Fraisse, l’abandon de l’écotaxe et les rabots du budget du ministère de l’écologie.
 
La Conférence revêt cependant une importance toute particulière puisqu’elle est organisée à près d’un an du rendez-vous international de Paris 2015. Le gouvernement, qui souhaite arriver à un consensus international, doit avant tout rendre une copie parfaite et s’engager sur une feuille de route convaincante pour la prochaine année.
 
« En 2012, Hollande avait placé la barre très haut en promettant de faire de la France «la nation de l'excellence environnementale». En 2013, des objectifs ambitieux -mais à trop long terme, selon les ONG – avaient été annoncés dans l'énergie (réduction de 50 % de la consommation d'ici 2050, moindre recours aux hydrocarbures, taxe carbone). Depuis, le texte de la loi sur la transition énergétique, qui reprend ces objectifs, a été bouclé par la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal. Au prix d'un certain flou sur le nucléaire et le financement de la transition énergétique, le texte a été adopté sans trop de vagues par les députés » explique le site du journal La Dépêche

Les ONG veillent

Les réunions de discussions ou de négociations sur les sujets environnementaux se multiplient et les associations, tout en continuant à saluer ces initiatives, se méfient des annonces d’objectifs et attendent des engagements concrets.

C’est le cas de Humanité et Biodiversité qui a publié un communiqué pour expliquer que ses militants attendent « 
 du Président de la République et du Premier Ministre, ce n'est pas un discours annuel, c'est un portage constant : l'ensemble des politiques doivent concourir à construire l'avenir des Français, or, sans réponses aux défis environnementaux, cela ne sera pas le cas. Le Président comme le Premier Ministre doivent apporter la preuve que l'environnement est une composante aussi importante que l'économique et le social dans leur projet pour la France. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche