RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
05/10/2015

Qualité de l'air : évaluation de la qualité de l'air intérieur des bâtiments par l'INERIS




L'Institut national de l'environnement industriel et des risques (INERIS) a étudié les interactions entre la qualité de l'air intérieur, le confort et la consommation énergétique dans divers bâtiments performants en énergie.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.

Dans un communiqué, l’INERIS explique que « les travaux, financés par l'ADEME et la Région Picardie, ont permis de constater que la qualité de l'air intérieur dans ces bâtiments est globalement satisfaisante, malgré quelques défauts de fonctionnement des systèmes de ventilation. »


« Assurer de bonnes performances énergétiques »

Le communiqué de l’INERIS souligne qu’ « à cette occasion, des recommandations ont été émises pour assurer le maintien d'une bonne qualité de l'air dans le temps. » Il ajoute : « l'objectif fixé par la délégation Picardie de l'ADEME et la Région Picardie visait non seulement à évaluer la qualité de l'air intérieur de bâtiments de type Bâtiments Performants en Energie (BPE). »

L'objectif de l’étude est de « définir et intégrer, à terme, des critères spécifiques à la préservation de la qualité de l'air intérieur (QAI) dans les appels à projets du Programme national de Recherche et d'expérimentation sur l'Energie dans les bâtiments (PREBAT). » En effet, « l'enjeu de cette étude était notamment de vérifier si les moyens mis en oeuvre pour assurer de bonnes performances énergétiques (maîtrise des fuites d'air, apport d'air neuf contrôlé...) n'étaient pas susceptibles de dégrader la QAI. »

L'étude s'inscrit dans un programme national, « piloté par l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur (OQAI), visant à améliorer la connaissance des pouvoirs publics sur les BPE. Les bâtiments sélectionnés, à usage domestique et professionnel, sont intégrés dans le PREBAT ou souscrivent à la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE). »

Toutefois, le communiqué précise que « les conclusions de l'étude ne sont ni représentatives de la situation globale de ce type de bâtiments, ni applicables à l'ensemble du parc français » car « l'étude n'a pas porté sur l'ensemble du parc français des bâtiments performants en énergie. »

Par ailleurs, l'étude souligne « l'intérêt de suivre des recommandations plus générales, non spécifiques aux BPE, lors de la conception/réception des bâtiments : exigence sur le degré de précision des documents techniques permettant de juger de la conformité du bâtiment par rapport à sa conception ; choix de matériaux peu émissifs pour la structure des bâtiments, les produits de construction et les équipements intérieurs ; vérification des débits de ventilation à réception des bâtiments. »






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche