RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
03/12/2013

Produits éco-conçus, entre -10 et -40% d’impacts environnementaux

Jean Camier



Le Commissariat général du développement durable (CGDD) a publié une plaquette « Tour d’horizon sur l’éco-conception des produits ». Les réductions d’impacts environnementaux seraient comprises entre 10 et 40%.


« L’éco-conception est une démarche qui peut être appliquée dans tous les secteurs de l’économie. Elle est aujourd’hui mise en œuvre à des degrés divers et avec une grande variété d’outils dans de très nombreux secteurs » explique le CGDD.

Dans un document intitulé « Tout d’horizon sur l’éco-conception des produits », l’institution publique fait le point sur le dossier clé de la limitation de production de déchets. Tous les secteurs sont concernés par la démarche: « l’électronique, l’automobile, l’aéronautique, les produits d’équipement (électro-ménager, ameublement, éclairage, décoration…) et la plupart des produits de grande consommation (alimentaire, produits d’entretien, hygiène, beauté, etc). » Pour elle, l’étendue des domaines concernés amène au  constat qu’il est  « utile de faire un tour d’horizon sur cette démarche, pour en rappeler les principes et les bénéfices. »

Résultats positifs

Après la mise en place de la démarche d’éco-conception la CGDD estime que les réductions d’impacts environnementaux se situent dans une fourchette de 10 à 40%. Dans certains cas la diminution peut même atteindre 70%.
 
Les chiffres sont à prendre avec des pincettes. En effet, il est difficile d’avoir une estimation précise des résultats de la démarche. « (La) variété dans les domaines d’application de l’éco-conception et dans les modalités correspondantes de sa mise en oeuvre rend difficile l’établissement de statistiques pour rendre compte de son degré de diffusion dans tel ou tel secteur. »
 
Le rapport explique que le lancement d’une démarche d’éco-conception est peu couteuse et permet d’obtenir rapidement des résultats.
 
Enfin, la CGDD se positionne à nouveau sur l’affichage environnemental. Une expérimentation avait été menée en 2011 et 2012, le bilan a été remis mi-novembre au Parlement. Les modalités doivent être discutées pour son application « On attend en effet de cet affichage environnemental qu’il contribue à la diffusion de l’éco-conception, en facilitant sa mise en œuvre par les entreprises et en vulgarisant ses résultats auprès des consommateurs. »

Le rapport de la CGDD





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche