RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
08/06/2016

Pollution industrielle : Une pluie laisse d'étranges tâches bleues

Sébastien Arnaud



A Marange-Silvange, une pluie a laissé plusieurs tâches bleutées, signes d’une pollution industrielle.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Un article en ligne du site www.mce.fr explique qu’une « pluie bleue s’est abattue sur plusieurs quartier de Marange-Silvange en Lorraine. L’averse date du weekend de la Pentecôte et depuis, d’étranges tâches bleutées sont apparues sur des voitures, meubles de jardin, vérandas et autres matériaux extérieurs. »

Il ajoute qu’ « après analyse, ces marques indélébiles et corrosives se sont bien avérées être des rejets industriels » et que « l’affaire a été prise en main par l’État et des analyses plus poussées sont en cours. Le laboratoire spécialisé, Inéris, basé à Nancy en dévoilera les résultats d’ici une semaine. »
 

Les habitants inquiets

L’article souligne qu’au total, « trois à quatre quartiers de Silvange ont reçu cette pluie », le phénomène ayant touché « environ 140 familles ».

Ainsi, un habitant, Dominique « vit dans l’un des deux quartiers les plus atteints par cette pollution industrielle. » Il confie à France Bleue Lorraine-Nord « avoir été averti par un voisin » car « d’étranges tâches bleues sont apparus sur sa voiture depuis le passage de cette averse. »

Il assure : « Voilà, le pare-brise est affecté, les chromes, on ne voit pas très bien mais il y en a, l’arrière, il y en a plein. Tout le quartier ici est bien atteint! »

Un autre habitant explique avoir « essayé de mettre des traitements, mais rien n’y fait. C’est une petite couleur bleu ciel. Après, les autres dégâts que ça peut occasionner, c’est au niveau du potager: on ne sait pas trop ce qui va sortir. On a des enfants en bas âge donc je pense qu’on ne va pas s’amuser à leur faire goûter ce qui aura poussé ».

D’autres habitants, quant à eux, « pointent du doigt la grosse usine du secteur, Ascométal. » Cependant, l’entreprise sidérurgique, se décharge. Yves Muller, maire de la ville, a demandé l’aide de l’État pour qu’un laboratoire national apporte des réponses aux questions.
Le maire explique : « Ce laboratoire doit permettre de situer définitivement la nature des produits et bien sûr, de nous donner une idée précise d’où ils viennent. Je fais totalement mienne l’affirmation qui consiste à dire: pollueur payeur. »

Lire l’intégralité de l’article ici.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche