RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
16/06/2017

Nouvelles mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre au programme du Parlement européen




Les eurodéputés socialistes et démocrates de la commission Environnement au Parlement européen ont conduit la coalition transpartisane qui demandait une réduction de 30 % à l'horizon 2030 des émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs du transport, de l'agriculture et des bâtiments.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits

Le 30 mai, les eurodéputés socialistes et démocrates (S&D) de la commission Environnement ont conduit le 30 mai la coalition transpartisane qui demandait une réduction de 30 % à l'horizon 2030 des émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs du transport, de l'agriculture et des bâtiments. Cette réduction est calculée par rapport aux niveaux d'émission de 2005.

Dans la foulée, la commission Environnement du Parlement européen a soutenu la proposition S&D. Il s'agissait de définir un point de départ plus ambitieux en matière de comblement des lacunes, pour s'assurer que les États membres réduisent effectivement leurs émissions et que l'ensemble des secteurs y contribue.

Miriam Dalli, eurodéputée et porteparole S&D pour l'environnement, rapporteuse fictive en la matière, a affirmé : « En dépit d'une forte opposition des groupes droitiers du PPE et du CRE, nous avons réussi à faire adopter, aujourd'hui, un rapport très équilibré. C'est un pas dans la bonne direction. En effet, notre rapport améliore la proposition de la Commission en faisant démarrer dès les années 2021-2030 la réduction des émissions de gaz à effet de serre des secteurs non soumis au SEQE (le système d'échange de quotas d'émission de l'UE). Or, nous devons être sûrs que les gouvernements de l'UE prennent des mesures effectives de réduction des émissions par les secteurs impliqués, afin de tenir les engagements souscrits dans le cadre de l'Accord de Paris. »

Elle a précisé : « En effet, dans les circonstances actuelles il est extrêmement important que l'UE montre l'exemple dans la lutte contre le changement climatique. À cet effet, les États membres doivent renforcer leurs efforts pour tenir leurs engagements dans les délais. Dans cette optique, le règlement relatif à la répartition des efforts constitue le moteur potentiel de la décarbonation et, par conséquent, de la réalisation des objectifs de l'Accord de Paris. Nous devons nous assurer que ce potentiel se matérialise. »

« Dans cet esprit, les eurodéputés S&D se sont battus pour inclure dans le rapport approuvé aujourd'hui une trajectoire de réduction des émissions plus proche des émissions réelles. Il s'agissait de ne pas décourager les actions précoces en la matière. Par ailleurs, nous avons mis la pression pour obtenir des contrôles de conformité plus réguliers, tous les deux ans au lieu des cinq proposés par la Commission. De même, nous avons veillé à garder sous contrôle les 'souplesses' prévues, pour éviter la création de lacunes. Ce principe s'applique à l'ensemble des secteurs, y compris l'agriculture et la sylviculture », a-t-elle ajouté.






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche