RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
01/10/2015

Mesures anti-pollution du gouvernement : et le diesel ?




Le parti Europe Ecologies Les Verts (EELV) revient sur les différentes mesures anti-pollution annoncées par Ségolène Royal, la ministre de l'écologie, la fin du mois de septembre. Le parti s'interroge cependant sur un point oublié : le diesel et sa fiscalité.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
EELV s’interroge sur les différentes mesures anti-pollution annoncées par Ségolène Royal le 30 septembre dernier. Mais selon le parti politique, le diesel ne figure pas dans ces mesures.

Un communiqué d’EELV souligne ce point manquant.

« Un manque de courage »

Le communiqué revient d’abord sur la pollution à la quelle fait face la population actuelle : « Face à un fléau sanitaire qui touche au quotidien des millions de nos concitoyens, les annonces concernant les zones à basse émission, qui doivent désormais se multiplier dans les grandes villes, les indemnités kilométriques vélos prévues par la loi de transition énergétique ou encore les aides financières pour permettre aux ménages de changer de chauffage vont dans le bon sens. »

EELV regrette en réalité « la timidité et le manque de courage concernant d'autres mesures, notamment les épisodes de circulation alternée. » Le parti ajoute qu’il « faut impérativement agir en amont et dès prévision du dépassement du seuil d'information, et non attendre l'arrivée du seuil d'alerte où il est déjà trop tard pour agir. »

Le communiqué dénonce ainsi « l'absurdité du procès en écologie punitive alors que les pics de pollution empêchent les enfants en bas âge de sortir de leur domicile ; lorsque les plus fragiles, notamment les plus jeunes et nos ainés, souffrent quotidiennement et voient leur santé se détériorer. » EELV ajoute : « Selon une commission d'enquête sénatoriale, la pollution de l'air coûte chaque année à la France 100 milliards d'euros : plus que des annonces, il faut désormais des actes. »

Par conséquent, « la sortie progressive du diesel devient impérative après la révélation de la fraude Volkswagen dont un million de véhicules ont été mis en circulation en France. Si cette affaire symbolise à elle seule la chimère du ‘Diesel propre’, la niche fiscale de 7 milliards d'euros par an qui avantage le diesel doit être supprimée au plus vite. La manne financière dégagée permettra aux françaises et français de changer de véhicule et à l'Etat et aux régions de développer des modes de transports plus propres. »



 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche