RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
26/03/2015

Loi de la biodiversité, les députés FN disent « non à la bobo-écologie punitive »




Les deux députés affiliés au Front national ont publié un communiqué cinglant sur la loi biodiversité qui vient de passer devant l’Assemblée nationale. Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard estiment que le texte n’a pas pris en compte les élus locaux et « démontre le mépris du gouvernement et des Verts à l’encontre de nos concitoyens de la ruralité. »


DR site de Gilbert Collard
DR site de Gilbert Collard
Largement attaqué par le Premier ministre, les membres de la majorité et de l’opposition, les représentants du Front national ne désarment pas et continuent à attaquer le gouvernement sur les sujets qui touchent aux élections départementales.

Eclipsée par les résultats du scrutin, la loi sur la biodiversité n’a pas échappé aux élus Marion Maréchal-Le Pen (Vaucluse) et Gilbert Collard (Gard). Au lendemain du vote du 24 mars du texte, ils ont publié un communiqué cinglant. « Les acteurs des territoires se sont retrouvés exclus des discussions qui les concernent pourtant au premier chef. Un tel procédé démontre le mépris du gouvernement et des Verts à l’encontre de nos concitoyens de la ruralité au moment même où le Premier ministre effectue une tournée électoraliste dans nos terroirs abandonnés » commence le texte.

Les chasseurs pas ennemis de la nature

« Non à la bobo-écologie punitive ! » titre les élus. Forts des résultats obtenus par leur parti, les députés estiment que « l’Agence française de la Biodiversité est un prototype UMPS : Ségolène Royal a concrétisé les rêves de Dominique Voynet et de Nathalie Kosciusko-Morizet. Cette énième structure administrative constitue un outil punitif qui permet à l’Etat d’appliquer aux territoires ruraux sa vision citadine de l’écologie. » Dans un message clairement destiné aux élus des collectivités, ils affirment que la loi a été conçue par des « idéologues déconnectés des réalités ».

Le communiqué affirme que la loi démontre le « sectarisme » des écologistes qui s’opposent à la chasse. Plus loin, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard affirment que « les chasseurs sont sensibles à la préservation de l’équilibre de la biodiversité : les présenter comme des ennemis de la nature est une erreur qui présente le risque de supprimer à terme toute forme de chasse. » 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche