Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
05/09/2013

Les villes et l’accessibilité aux piétons



La circulation des piétons est aujourd’hui un impératif que les villes prennent notamment en compte dans l’aménagement des voies de circulation urbaine. Comment les communes, à l’instar de celle de Strasbourg, promeuvent-elles ces espaces de circulation ?


Crédit photo - U.S. National Archives and Records Administration
Crédit photo - U.S. National Archives and Records Administration

Une distinction en 2012

La ville de Strasbourg a été reconnue comme une ville pionnière en termes de politique de mobilité. Elle a ainsi reçu le « Pass d’or » par le magazine « Ville, Rail et Transport », venant récompenser un effort effectué autour de la question plus large des nouvelles mobilités(1), mais aussi un plan pour piétons mettant en place des modalités spécifiques pour aménager des espaces propices à la circulation des piétons. Ce « plan piéton 2012/2020 » est décliné en dix actions et « dont l'objectif fixé est de réaliser un réseau favorable aux piétons qui lie de façon directe les centralités de quartier distantes de moins de 2 km »(2). Intégrées au sein de la politique globale de mobilité de la ville, les actions visent également à renforcer la sécurité des piétons par des aménagements mixtes qui incluent le passage des vélos, ou la création d’un « passage piéton tous les 100 m sur les grands axes ». Mais l’objectif est avant tout de « donner à la marche un statut à part entière dans la politique de déplacements, au même titre que le vélo ». Cette nouvelle politique s’appliquera ainsi « à toute nouvelle opération de voirie ou d’urbanisme ». Dans la ville de Strasbourg, « au total, ce sont 532 000 trajets qui se font quotidiennement à pied ». Pourtant ce chiffre important ne satisfait pas la municipalité qui entend renforcer les mesures en soulignant qu’« un quart des trajets de moins d’un kilomètre se fait encore en voiture »(3).

Le piéton au centre de la vie citadine

La circulation des piétons est une donnée essentielle pour les centres urbains. En effet, une bonne gestion des axes praticables et des flux de personnes se déplaçant à pied permet d’accroitre le chiffre d’affaires des commerces, en augmentant par exemple le passage dans certaines rues, ou en facilitant leur accès. Cela permet par ailleurs de mettre en valeur les espaces touristiques de la ville.
 
Mais c’est en Amérique du Nord et particulièrement aux États-Unis que le concept s’est réellement développé. Aussi, à New York, le NYC - DOT (pour « New-York City Department of Transportation ») a mis en place une politique rigoureuse visant la transformation de la ville en faveur des piétons. Certaines transformations prennent la forme de « création de nouvelles places sur des routes sous-utilisées » et d’autres représentent « des projets d'immobilisations à long terme » pouvant « prendre entre 10 mois à 10 ans à réaliser en fonction de la complexité du projet ». La ville souhaite ainsi créer des espaces publics plus faciles d’accès et sans danger, tout en restant « confortable pour les piétons, les cyclistes et les automobilistes ».


(1) http://www.ville-rail-transports.com/content/17926-les-gagnants-du-palmar%C3%A8s-2012-des-mobilit%C3%A9s
(2) http://www.strasbourg.eu/vie-quotidienne/grands-evenements/colloque-rendre-la-ville-aux-pietons/rendre-la-ville-aux-pietons-pourquoi-comment?utm_content=bufferfb4d3&utm_source=buffer&utm_medium=twitter&utm_campaign=Buffer
(3) http://www.ville-rail-transports.com/sites/default/files/CP_Palmares_VRT_des_mobilites_2012.pdf
(4) http://www.nyc.gov/html/dot/html/about/about.shtml




Newsletter

RSS
Twitter
Facebook
Recherche