RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
22/08/2016

Les producteurs de lait s’en prennent à Lactel

Sébastien Arnaud



L’état d’urgence extrême dans lequel se trouvent les producteurs de lait tend à accentuer les oppositions traditionnelles de ce secteur. Depuis le début de l’été les producteurs s’en prennent très vertement au leader mondial Lactel qu’ils jugent responsable de l’état du marché. Lactel de son côté répond que la surproduction est responsable dans ce problème inextricable où l’on gagnerait à favoriser la transparence.


IDL
IDL
Pour les producteurs de lait, « Lactel ruine les éleveurs ». Depuis quelques mois, toutes les frustrations, les colères et la détresse des producteurs se dirigent vers le leader mondial du secteur. Sorte de symbole d’un secteur qui va mal et où les producteurs se sentent démunis lors des négociations sur le prix du lait face à des géants industriels, ces attaques sont loin d’être anecdotiques.

« L’avertissement illustre la colère des producteurs de lait face à Lactalis. Le numéro un mondial du secteur, plus connu pour ses marques comme Lactel, Bridel ou Président, est accusé d’être le plus mauvais payeur de lait en France et fragiliserait un peu plus une filière en difficulté, affectée par la chute des cours et la surproduction. Pour se faire entendre, l’ensemble des éleveurs des Pays-de-la-Loire, de Bretagne et de Normandie ont été appelés à manifester, lundi 22 août, devant le siège de l’entreprise, à Laval, en Mayenne » décrypte Le Monde.
 

Les industriels doivent être plus transparents

« La contestation vise les 257 euros pour 1 000 litres que paye le groupe aux éleveurs, soit 10 à 30 euros de moins que ses concurrents (Bongrain, Sodiaal, Bel, Danone ou des PME du secteur). Or, souligne Jérémy Trémeau, le président des Jeunes agriculteurs de la Mayenne, dans ce département « le coût de production est de 386 euros pour 1 000 litres de lait, en incluant un salaire d’un smic et demi – ce qui, pour le travail fourni, n’est pas énorme » » continue le quotidien.

Face à une situation qui se détériore depuis deux ans avec l’embargo russe, la fin des quotas laitiers et la chute des importations chinoises, la responsabilité des industriels est à étudier froidement et notamment la question de l’ajustement des prix sur les nécessités d’un secteur en décrépitude. La sempiternelle question de la responsabilité des grands groupes face aux petits éleveurs pourrait être vue d’un meilleur jour si les premiers travaillaient à une meilleure transparence sur leurs activités, leurs coûts et leurs marges. Pour l’heure, Lactalis s’est contenté de se défendre en estimant que le secteur est avant tout en crise à cause d’une surproduction de lait par rapport à la demande.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche