RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
27/06/2016

Les députés abandonnent la taxe sur l’huile de palme




La taxe Nutella s’en va par la petite porte de l’Assemblée. Les députés ont décidé que cette huile qui avait déclenché une polémique ne serait pas soumise à la même fiscalité que l’huile d’olive. La pression et les chantages de l’Indonésie et de la Malaisie, principaux producteurs, ont payé.


Pixabay - Image libre de droit
Pixabay - Image libre de droit
Les pays producteurs d’huile de palme, Indonésie et Malaisie en tête, peuvent se réjouir. Les députés français viennent de supprimer le projet de surtaxation de l’huile de palme. La taxe Nutella, telle qu’elle a été surnommée à cause de la découverte en grande quantité de cette huile dans ce produit, ne verra donc pas le jour.
 
« Revenant sur leurs précédents votes, y compris pourtant en commission il y a quelques jours, les députés ont supprimé cette mesure qui visait à aligner la taxation de l'huile de palme, qui fait partie des huiles végétales les moins taxées en France, sur celle de l'huile d'olive » explique un article sur le site de la chaine d’informations LCI.
 

Pressions de l’Indonésie

La principale raison de ce revirement soudain, compromission pour les élus écologistes, est certainement à trouver du côté de l’étranger. Les débats étaient bien avancés et rien ne laissait présage un changement de cap. « Mais ces votes avait entraîné de vives protestations notamment de l'Indonésie, critique d'une mesure "arrogante" pouvant "mettre en danger les relations entre les deux pays", alors que ce pays met en avant ses efforts pour produire davantage d'huile certifiée, censée limiter la déforestation dont cette industrie est accusée. Plusieurs députés, notamment à droite, ont relayé ces arguments dans l'hémicycle, craignant des conséquences pour l'emploi en France » explique LCI.
 
La crainte de voir le pays exprimer une fin de non-recevoir sur des dossiers stratégiques tels que les contrats d’aéronautiques aurait raison de la taxe Nutella. Pour sauver la face, la secrétaire d’Etat à la Biodiversité a préféré expliquer le virage à 180 degrés en « invoquant la "fragilité juridique" du dispositif, la difficulté de de toucher à un type d'huile sans toucher à tous les autres ou encore le fait que cette question relève plutôt d'un projet de loi finances » continue l’article.
 
Lire en intégralité l’article sur le site de LCI





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche