RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
19/08/2014

Les Verts veulent d’une écologie « positive »

Jean Camier



Réunis à Bordeaux pour leur université d’été du 21 au 23 aout, les militants et responsables d’Europe Ecologie Les Verts veulent profiter de cet événement pour remettre le parti dans la bonne direction. L’année 2013-2014 a été accompagnées de nombreux échecs et de divisions qui ont beaucoup couté en terme d’image.


Les Verts veulent d’une écologie « positive »
Dans le quotidien Sud-Ouest Gérard Chausset, un élu EELV de la Communauté urbaine de Bordeaux affirme que « l'écologie politique est de nouveau à un tournant. Les gouvernants, qu'ils soient de droite ou de gauche, ne savent pas quoi en faire ! Pourtant, l'urgence écologique est flagrante et notre société va mal, est-il encore utile de le rappeler ? Mais le constat est amer, l'écologie ne s'est pas vraiment imposée, même si elle paraît indispensable et nécessaire. »

C’est effectivement l’heure du bilan pour le parti. Après un passage au gouvernement et une alliance avec le PS à l’Assemblée nationale, le parti semblait s’être engagé vers une institutionnalisation qui lui donnerait plus de visibilité. Deux ans plus tard, la situation n’est pas très favorable pour le parti. La perte de popularité de la majorité présidentielle leur a beaucoup coûté et les scrutins municipaux et européens ont été très décevants.

Ligne difficile à cerner

Monsieur Chausset le reconnaît, « Les écologistes eux-mêmes sont hésitants puisque nous avons quitté le gouvernement alors que nous pouvions être en position de faire bouger (un peu) les lignes. C'est un point de vue. » Il ajoute que « Il nous faut inventer un modèle positif qui encourage et incite économiquement et socialement les comportements de terrain vertueux pour engager une transition écologique et positive qui parle à chacun d'entre nous. »

Pour tous les partis, les universités d’été sont des moments clés pour mobiliser les fidèles, clarifier la ligne politique et souligner les grands sujets de la rentrée. En cela, le cas des verts est encore plus complexe puisqu’ils doivent faire oublier leur manque d’unité en adoptant une ligne claire. D’après Gérard Chausset, et tout le courant modéré du parti, il faut s’efforcer de modifier l’image qui accompagne les sujets écologiques. « Si la réorientation de la fiscalité ou la taxation de certains usages (écotaxe) se justifie pleinement pour modifier les comportements, elle doit être dépassée par une politique de l'offre écologique, ce que j'appelle une écologie positive » explique-t-il.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche