RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
25/04/2016

Le véhicule autonome pourrait envahir le marché à partir de 2020




D’après une note d’analyse de France Stratégie les véhicules autonomes seraient sur le point d’arriver en masse sur le marché automobile. Selon deux scénarios prévisionnels, ce type de véhicules pourraient commencer à séduire les consommateurs à partir de 2020 – scénario de rupture – ou de manière progressive à partir de 2040.


Capture d'écran, source France Stratégie
Capture d'écran, source France Stratégie
« Le véhicule autonome devient réalité. Ce nouvel objet numérique pourrait à la fois modifier la chaîne de valeur de la filière automobile, susciter de nouveaux modèles économiques et transformer radicalement nos habitudes de mobilité » lit-on sur le site de France Stratégie.
 
Une note d’analyse de ce service lié au Premier ministre a en effet été publiée. Elle affirme que « Le véhicule autonome semble engagé sur une voie rapide. Depuis des années déjà, les dispositifs d’aide à la conduite préparaient le terrain. Aujourd’hui, la mise au point d’un véhicule entièrement autonome — soit un robot doté de capacités d’analyse et de pilotage sans intervention humaine — devient une perspective crédible à moyen terme. »
 

Le futur dans quatre ans

Ces véhicules, que l’on associé volontiers aux grands classiques de la science fiction, pourraient ainsi commencer leur pénétration dans le marché d’ici quelques années. « Souvent abordé sous l’angle strictement technologique, le véhicule autonome doit aussi se lire comme une manifestation de la transition numérique à l’œuvre dans les transports. On retrouve ici les mêmes facteurs qui ont contribué hier à transformer la téléphonie mobile ou les médias : les effets de réseau jouent à plein, la quête du système d’exploitation fait figure d’enjeu central, des usages innovants laissent présager de nouveaux modèles économiques » analyse France Stratégie.
 
« La vitesse de déploiement du véhicule autonome n’en demeure pas moins incertaine : elle dépend non seulement de la date de mise au point technique, mais aussi de la pénétration des usages et du renouvellement du parc automobile existant. À titre illustratif, cette note décrit un scénario tendanciel, dans lequel le déploiement est très progressif à partir de 2040 ; et un scénario de rupture où, dès 2020, des véhicules qui ne sont pas encore autonomes mais peuvent le devenir par simple mise à jour logicielle accélèrent la période d’apprentissage et entraînent un déploiement rapide à partir de 2025 » conclue l’article qui résume la note.
 
Lire ici en intégralité la note d’analyse « la voiture sans chauffeur, bientôt une réalité »
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche