RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
02/11/2011

Le comportement du consommateur durable décrypté

RSE Magazine



L’environnement est devenu depuis quelques années une préoccupation d’ordre mondial. Cette inquiétude ainsi que la conscience de pouvoir agir à tous les niveaux responsabilisent de plus en plus les consommateurs qui modifient leur comportement. Des études ont été menées pour comprendre la motivation de ces changements et comment ils s’appliquent.


Le comportement du consommateur durable décrypté

L’environnement et les consommateurs français

Suite aux études menées par le CREDOC, il apparait que les Français se sentent majoritairement concernés par l’impact qu’ils ont sur l’environnement. Bon nombre d’entre eux seraient favorables à plus de taxations durables, et ce, malgré le contexte de crise. Cela témoigne d’une réelle motivation à changer leur comportement en faveur de l’environnement. Le premier acte visible des consommateurs dans leur préoccupation écologique est de fermer le robinet pour économiser l’eau. Autrefois, cet acte poussé par des raisons d’économie financière est aujourd’hui un geste motivé par la responsabilité qui incombe à chacun de protéger cette ressource de plus en plus rare. Pour preuve de cette responsabilisation, le comportement des consommateurs change également lors de l’achat d’une voiture. Autrefois considérée comme un miroir de la réussite sociale et un vecteur de liberté, la voiture est progressivement délaissée au profit d’autres moyens de transport. Les consommateurs ne voient plus que le côté pratique de cette dernière et intègrent l’environnement dans leurs décisions d’achat. Autres preuves du changement de comportement des consommateurs ; la tendance à faire réparer plutôt que de jeter, à acheter des produits d’occasion plutôt que du neuf, ou encore l’utilisation de sacs recyclables pour faire ses courses. La majorité des Français se sent donc concernée par l’impact sur l’environnement, mais pas tous. Il existe plusieurs familles de consommateurs, dont malheureusement les récalcitrants au changement.

Les familles de consommateurs

Les consommateurs qui se sentent concernés par l’environnement représentent la part la plus importante de la population. Dans cette première famille de consommateur, on distingue plusieurs profils dont ceux qui considèrent qu’un produit doit être "responsable" et donc que son lieu de production doit être local et sa valeur équitablement répartie. On distingue également un profil de consommateur axé sur le bien-être par une consommation saine pour lui, et pour l’environnement. Enfin, il y a ceux qui vérifient systématiquement la provenance de leur produit et leur impact écologique pour orienter leurs achats.

En deuxième famille de consommateur, on trouve ceux sensibilisés à l’environnement. Ne se sentant pas complètement concernés par le développement durable, à cause de leur faible capacité d’action financière, les consommateurs de cette famille ont conscience des enjeux climatiques, mais sont limités par leur budget et se contentent de dépenser moins pour contribuer au développement durable. Étant un peu passifs, ils ont besoins d’être informés et davantage responsabilisés.

Mais il existe pire que le consommateur passif ; l’indifférent. Faisant partie de la famille des personnes qui consomment systématiquement à la hauteur de leurs moyens, ces dernières voient le développement durable comme une contrainte. Vu aussi comme une mode, les actes éco citoyens ne leur semblent pas être d’un impact suffisant à leur mobilisation et considèrent en faire assez avec le tri obligatoire des déchets. Il n’en demeure pas moins que le comportement du consommateur durable se généralise et tend à devenir une norme éthique chez les Français.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche