RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
04/08/2016

Le bien-être des salariés au centre de l’entreprise




Dans une chronique publiée sur le Journal du Net, l’entrepreneur et spécialiste des relations clients Thibault de Clisson souligne l’enjeu du bien-être des salariés. Il insiste sur l’intérêt pour l’entreprise de prendre en compte le bien-être pour favoriser l’engagement.


ILD
ILD
Une entreprise responsable, l’est en premier lieu vis-à-vis de ses membres. C’est en mettant en place une politique de ressources humaines qui s’intéresse à chaque collaborateur pour ce qu’il est autant que pour sa fonction, que l’entreprise engage une première contribution pour la société. Mais, pour trouver plus d’arguments en faveur d’une gestion généreuse des relations dans l’entreprise, il est important de rappeler que l’engagement, la fidélisation et donc l’efficacité dépendent très largement du bien-être au travail.

C’est en substrat ce qu’évoque Thibault de Clisson dans une tribune publiée sur le site Le Journal du Net. L’entrepreneur, spécialiste des relations clients et des logiciels, s’appuie sur une étude Endered-Ipsos pour affirmer que « encourager le bien-être au travail en mettant en place des politiques actives dans ce domaine aurait un impact positif sur l’engagement des salariés, et, par effet rebond, sur la performance durable des entreprises ».
 

L’accent sur l’engagement

« Facteur de compétitivité, l’engagement des salariés doit en effet compter parmi les priorités des entreprises. En s’inscrivant dans une démarche plus globale de qualité de travail, il sert à ce titre l’intérêt commun des organisations et de leurs collaborateurs. Des conditions de travail humainement vertueuses sont indispensables pour impliquer les salariés dans la mission de l’entreprise » explique l’entrepreneur.

Et si à l’évocation de ce principe simple, l’on pourrait croire qu’il s’agit d’une banalité, la réalité démontre très vite qu’il n’en est rien. « On constate malheureusement que l’engagement n’est pas le fort des salariés français. Une étude de l’institut Gallup révèle ainsi que seuls 9 % d’entre eux seraient “engagés”, à savoir impliqués, proactifs et donc épanouis dans leur travail. Pire, les salariés sont près de 26 % à se déclarer “activement désengagés”. Et les entreprises, de leur côté, peinent à développer cet axe pourtant stratégique et créateur de valeur pour leur performance et leur efficience » rappelle Thibault de Clisson.

Lire ici en intégralité la tribune sur Le Journal du Net





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche