RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/09/2013

Label E3D : les établissements scolaires et le développement durable




Les établissements scolaires français du 1er et 2nd degré, qui souhaitent certifier leur engagement dans des actions en faveur du développement peuvent recevoir le label E3D (Etablissement en démarche de développement durable). Ce label est toutefois accordé sous certaines conditions et vient récompenser une démarche plus large que la simple mise en place d’un enseignement constituant un apprentissage des différentes facettes de l’environnement et de l’écologie.


Label E3D : les établissements scolaires et le développement durable
Déjà en 2004, la « politique de généralisation de l’éducation au développement durable » a été définie puis renforcée en 2007 et 2011 par des circulaires. La préoccupation environnementale a ainsi pris une place importante au sein des établissements scolaires, la circulaire les incitant alors à offrir « l’opportunité de travailler, dans les écoles et les établissements scolaires, à une mise en œuvre concertée et cohérente » de la démarche de l’éducation au développement durable(1). Baptisée EDD, ce pan de l’enseignement scolaire impose en 2011 avec la publication de la « Troisième phase de généralisation de l'éducation au développement durable », que soient présents au sein des « programmes d'enseignement, dans les formations des enseignants et des personnels d'encadrement, dans les démarches globales de développement durable des écoles et des établissements, dans la production de ressources pédagogiques », les « thèmes », les « enjeux » et les « principes du développement durable ».
 
Cette initiative étatique vise donc à intégrer au sein même de la formation des enseignants les clés afin de transmettre une culture de développement durable aux enfants et adolescents fréquentant les établissements scolaires. Pour l’État, il « s'agit ainsi de former le futur citoyen aux choix complexes qui mettent en jeu le développement durable dans son existence personnelle et dans la société dans laquelle il vit »(2). Mais si les enseignants et le personnel sont sensibilisés aux problématiques écologiques, tout établissement ne peut pas pour autant prétendre au label E3D.

L’obtention du label se fait en effet selon plusieurs critères codifiés par la circulaire n° 31 du 29 août 2013. Dans un premier temps, c’est à l’établissement scolaire d’en faire la demande. S’il souhaite obtenir le label E3D, ce dernier doit ainsi constituer un dossier au sein duquel devront apparaître un ensemble de données quantitatives et prévisionnelles. Apparaissent ainsi le détail de la démarche envisagé, ses modalités de mise en œuvre et la manière dont celle-ci sera intégrée à l’ensemble du projet d’établissement. Par ailleurs, le dossier doit aussi comporter des indications sur les relations externes qui permettront de faire vivre le projet (partenariats, ou communication de la démarche).
 
En outre, le label E3D atteste de trois étapes de maturité du projet éducatif. Ainsi, le premier niveau est constitué par « l’engagement de la démarche », il regroupe alors les actions qui viennent établir les principaux axes à développer et « le choix du ou des différents partenaires territoriaux […] en fonction de critères adaptés aux besoins de l'école ou de l'établissement »(3). Le second niveau représente la phase « d’approfondissement ». Il représente le processus de formation des enseignants et du personnel d’encadrement ainsi que la mise en place des activités « ayant trait au développement durable ». En outre, ce niveau transcrit la formation des partenariats et des actions de communication. Enfin, le dernier niveau, le « déploiement », concerne la « modification globale du fonctionnement de l'école ou de l'établissement qui permet d'établir clairement la contribution de l'école ou de l'établissement à “un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs” ». À cette étape, des actions « propres à la structure impliqué[e] » sont effectives, observables et pérennes.
 
Cette démarche de l’éducation nationale en faveur du développement durable permet ainsi aux établissements scolaires de 1er et 2nd degré de développer une culture d’établissement portée sur les problématiques environnementales et la préservation des intérêts écologiques en formant notamment les personnels enseignants et d’encadrement afin qu’ils puissent transmettre cette culture aux élèves fréquentant ces établissements.


 (1) http://www.education.gouv.fr/bo/2004/28/MENE0400752C.htm
 (2) http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=73193&utm_source=actualite-education&utm_medium=article&utm_campaign=crosslink-externe
 (3) Ibidem.
 (4) Ibidem.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche