RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
30/11/2016

La nouvelle vignette anti-pollution arrive




La mairie de Paris a détaillé son dispositif de restriction de circulation applicable au mois de janvier prochain. La ville de Grenoble se lance également et d'autres villes y réfléchissent désormais.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
« Voilà un pic de pollution qui ne pouvait pas mieux tomber. Alors qu'une alerte aux particules fines est annoncée ce mercredi à Paris, 800 affiches seront collées dans les prochains jours pour inciter Parisiens et banlieusards à acheter leur certificat de qualité de l'air »
explique un article du journal Le Parisien, qui ajoute : « Cette vignette de couleur, classant les véhicules selon leur niveau de pollution, sera désormais votre laissez-passer si vous circulez intra-muros. »
 

Bouter hors des murs les moteurs les plus nocifs

La mairie ayant décidé de « bouter hors de ses murs les moteurs les plus nocifs », la préfecture de police « fera la chasse aux vieux tacots dès la mi-janvier. Dans sa ligne de mire : les voitures de plus de 20 ans qu'Anne Hidalgo ne veut plus voir circuler. Depuis le 1er juillet, 120 000 de ces vignettes Crit'Air ont été vendues en France. »

D'ores et déjà, « 45 000 Franciliens, dont 10 000 Parisiens, l'ont apposée sur leur pare-brise ». Christophe Najdovski, l'adjoint aux transports à la maire de Paris, assure : « Il y a aujourd'hui 6 500 décès prématurés dus à la pollution de l'air à l'échelle du Grand Paris et il y a donc urgence à agir, Nous assumons de dire qu'en semaine et en journée on peut se passer d'un véhicule polluant à Paris. »

Selon les chiffres de la mairie, « 600 000 véhicules roulent dans la capitale chaque jour, dont près de 38 000 sont trop anciens pour bénéficier d'une vignette. »

Mais 40 Millions d'automobilistes fait un autre calcul, basé sur le nombre de voitures franciliennes immatriculées avant le 1er janvier 1997. Le président de l'association, Daniel Quéro, affirme : « A terme, plus de 500 000 véhicules seront frappés d'interdiction et le préjudice pour leurs usagers est estimé à plus d'un milliard d'euros. »

Lire l’intégralité de l’article du Parisien ici.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche