RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
15/05/2017

La Suisse lance un nouvel avion solaire du futur

Sébastien Arnaud



SolarStatros, avion solaire helvète, a pris son envol pour la première fois. L’appareil a pour vocation de battre letitude record d'al en s’élevant jusqu’à la stratosphère. Un défi qui confirme le rôle de précurseur de la Suisse dans le domaine de l’aviation à énergie solaire.


Source SolarStatros
Source SolarStatros
Début mai, SolarStratos s’est envolé du petit aéroport de Payerne en Suisse dans le canton de Vaud. L’appareil de 25 mètres d’envergure pèse 450 kilos et ne fonctionne qu’à partir d’énergie solaire. A quelques mois de l'exploit de Soar Impulse, la Suisse confirme sa position de précurseur de l'aviation solaire.

Si le vol n’a duré que sept minutes il présage de plus grandes réalisations puisque l’appareil a été conçu pour battre le record d’altitude d’un avion solaire en atteignant la stratosphère, soit 24 000 mètres. « L'objectif de SolarStratos est d'atteindre, en 2018, la stratosphère, à plus de 80.000 pieds d'altitude, soit 24 .000 mètres. L'avion, imaginé par l'aventurier suisse Raphaël Domjan, est propulsé par un moteur électrique qui tire son énergie des panneaux solaires recouvrant les ailes. L'appareil biplace, qui ne pèse que 450 kg pour une envergure de 25 m, a été construit et dessiné par Calin Gologan de la société Elektra Solar » précise Le Figaro .
 
D’après l’équipe derrière ce projet - qui aurait pu être baptisé Icare si le destin de ce personnage mythologique n’était pas aussi tragique - l’expédition vers la stratosphère doit durer presque cinq heures. Il faudra en effet deux heures et trente minutes pour atteindre les étoiles où l’appareil restera quinze minutes. La descente prendre ensuite environ trois heures. Une durée tenable pour SolarStratos qui avec 22m2 de panneaux solaires dispose d’une autonomie théorique de 24 heures.
 
A bord de l’appareil, Raphaë Domjan qui a déjà réalisé des exploits solaires ais à bord d’un bateau. «  A 25 km d'altitude, on peut voir les étoiles en plein jour et la courbure de la Terre. Mais il y règne une température de -70° avec seulement 5% de la pression atmosphérique normale. Pour des raisons de poids, l'avion ne sera pas pressurisé, obligeant le pilote à porter une combinaison d'astronaute fonctionnant uniquement à l'énergie solaire, autre première mondiale » détaille Sciences et Avenir.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche