RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
19/05/2017

La Mer de Corail, un bijou à protéger d'urgence




Alors que le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie s'apprête à finaliser le plan de gestion du Parc Naturel de la Mer de Corail, le Comité français de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) encourage l'adoption d'une protection forte et durable pour ce patrimoine naturel marin exceptionnel, dans un avis publié suite à la consultation de son groupe « Outre-Mer ».


L'avis rappelle la nécessité pour la Nouvelle-Calédonie d'adopter un plan de gestion ambitieux à la hauteur des forts enjeux écosystémiques et socio-économiques du parc marin, et d'avoir une démarche exemplaire soutenant la dynamique engagée en faveur des océans au niveau international, notamment en appliquant la recommandation de l'UICN « d'intégrer au moins 30% de chaque habitat marin dans un réseau d'Aires Marines Protégées ou d'autres mesures efficaces de conservation sur une zone donnée ».

Ces préconisations ont fait l'objet d'un courrier adressé par le Comité français de l'UICN aux co-présidents du Comité de Gestion, Messieurs Philippe Germain (Président du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie) et Thierry Lataste (Haut-Commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie), demandant à ce qu'une protection effective du Parc Naturel de la Mer de Corail soit rapidement mise en oeuvre.


 

"Une des plus grandes aires marines protégées du monde"

La Nouvelle-Calédonie a mis en place depuis 3 ans un Comité de Gestion réunissant les parties prenantes, effort collégial salué localement, qui a permis de fixer les grands objectifs du Plan de Gestion du parc. Une consultation publique a été menée en février 2017 sur tout le territoire.

En 2014, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie avait crée le Parc Naturel de la Mer de Corail, couvrant l'ensemble de la Zone Economique Exclusive du territoire à l'exception des eaux provinciales (12 milles nautiques depuis la côte). Le Comité français de l'UICN avait alors félicité la Nouvelle-Calédonie, souscrivant à son ambition affichée de rejoindre les efforts de protection du milieu marin engagés au niveau international. Le parc, d'une superficie de 1,3 million de km2, représente en effet une des plus grandes aires marines protégées du monde, abritant une biodiversité marine exceptionnelle. Il comprend notamment des récifs coralliens éloignés des activités humaines, qui pourraient bien être les derniers 'refuges' pour ces écosystèmes aujourd'hui gravement menacés au niveau mondial.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche