RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
27/11/2015

L'impact de la pollution des océans sur les humains




À quelques jours de la Conférence sur le Climat (COP21) qui se déroulera à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, un magazine américain montre l’impact de la pollution des océans sur les humains.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Grâce à une infographie ludique et explicative, un magazine américain souligne les lourdes conséquences de la pollution des océans sur les humains, à la veille de la Conférence environnementale sur le Climat 5COP21) qui se déroulera à Paris dans quelques jours.
 
Un article en ligne du site sciencepost.fr explique les enjeux importants que représente la pollution des océans et les solutions pour l’éradiquer.
 

« Plus de 8 millions de tonnes de plastique par an »

L’article explique que « chaque année, plus de 8 millions de tonnes de plastique sont abandonnées aux eaux océaniques. La majorité de ces déchets plastiques proviennent d’Asie, plus précisément de pays tels que la Chine, la Thaïlande, les Philippines, le Vietnam et l’Indonésie », ajoutant que « ce phénomène, principalement causé par le tourisme, constitue notamment un fléau pour la faune aquatique. »

Ainsi, « l’infographie élaborée par le magazine américain Dive.in nous apprend que 70 % de l’air que nous respirons est le fruit du travail des plantes marines, que 97 % des besoins en eau sont contenus dans les océans, que 30 % des émissions de gaz à effet de serre (GAS) sont absorbés par les océans ou encore que 1,13 million de tonnes de pétrole se sont déversées dans les océans dans les années 90. »

L’article de ‘Science Post’ ajoute « qu’une bouteille en plastique met près de 400 ans pour se désagréger dans l’eau, alors que l’intégralité des déchets plastiques présents dans les océans est un véritable problème pour les poissons puisque les plus petits morceaux sont mangés par le plancton, étant lui-même la proie des poissons que nous consommons. »

Par conséquent, « en bout de chaine, il semble que cela soit un réel problème de santé publique pour l’être humain, ce dernier s’exposant de plus en plus à des problèmes cardiaques, hormonaux ou encore liés au système nerveux. »

Lire l'intégralité de l'article ici





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche