RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
26/07/2016

L’avion solaire n’est pas pour tout de suite

Sébastien Arnaud



La victoire des aventuriers qui ont effectué le tour du monde à bord d’un avion fonctionnant à énergie solaire vise à convaincre que le solaire est l’avenir du secteur aérien. Pourtant, démontre Ouest France, l’avion solaire n’est pas encore prêt à se généraliser.


ILD
ILD
Qui, il y a quelques décennies aurait cru possible qu’un avion fasse le tour du monde, avec escales, uniquement grâce à l’énergie solaire ? L’exploit de Solar Impulse est une révolution dans le domaine de l’aviation. Militants, les acteurs du projet ont expliqué que leur démarche vise aussi à démontrer que tout est possible. A l’image du pilote Bertrand Piccard qui, cité par Ouest France, affirme que « très bientôt, il y aura des passagers sur des avions électriques qui seront rechargés sur le sol. »

Le quotidien régional de l’ouest de la France fait un bilan très précis de la situation en montrant que dans les faits, seuls les petits avions ou certains drones pourraient très prochainement voir le jour. « L'appareil de Bertrand Piccard et d'André Broschberg pèse une tonne et demie mais a l'envergure d'un Boeing 747. Pour réaliser leur exploit, il a fallu le doter de quelque 17.000 cellules photovoltaïques sur les ailes, pour une vitesse de croisière d'environ 80 km. Il était aussi doté d'un cockpit de 3,8 m2 sans air conditionné ni chauffage, et équipé de bouteilles d'oxygène pour permettre aux pilotes de respirer. Enfin, pour atténuer les températures extrêmes, entre 40 et -40 degrés Celsius, la cabine était recouverte d'une mousse isolante. Loin des conditions de confort d'un A320 ou d'un 777, les moyen et long-courriers d'Airbus et Boeing, sont capables d'emporter de 150 à près de 400 passagers sur des milliers de kilomètres en quelques heures, soit à une vitesse dix fois supérieure à celle de Solar Impulse 2 » note le journal.

L’étape d’une transition énergétique vers le solaire n’est donc pas près de venir une réalité. D’ici là, la solution pour une évolution nette et vertueuse du secteur pourrait plutôt se trouver dans l’amélioration des motorisations actuelles. « Des solutions intermédiaires sont envisageables à plus court terme, comme la propulsion électrique hybride, avec des moteurs thermiques qui vont entraîner des génératrices électriques capables de fournir l'énergie électrique du moteur » explique Ouest France.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche