RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
20/06/2016

L’Oréal, des critères RSE pour les bonus des dirigeants

Sébastien Arnaud



Parmi les mesures durables prises par le géant mondial des cosmétiques, la prise en compte des données extra financières dans l’attribution des bonus aux dirigeants est la plus remarquable. Dans le cadre de son programme « Sharing beauty with all », la marque française innove dans le domaine de la RSE avec des objectifs pour 2020.


L’Oréal, des critères RSE pour les bonus des dirigeants
Dans un article dédié le site business du quotidien Les Echos s’arrête sur les engagements RSE et développement durable du groupe L’Oréal. Dans le cadre de son programme « Sharing Beauty », avec des objectifs échelonnés d’ici 2020, la marque française innove avec une série de mesures intéressantes.

Parmi les objectifs, L’Oréal s’engage à ce que d’ici 2020, tous les produits présentent un bénéfice environnemental ou social. « Chaque marque entre dans une nouvelle logique de développement et de rénovation de ses gammes, afin d’améliorer leur empreinte eau et la biodégradabilité des formules » explique Alexandra Palt, la responsable développement durable du groupe, citée par Les Echos.
 

Un bonus pour les dirigeants ou une approche pragmatique

Mais l’originalité de la démarche du groupe français repose sur une autre annonce phare : la prise en compte des engagements RSE dans le versement des bonus des dirigeants. « Dans cette dernière ligne droite, pour embarquer les ultimes sceptiques et provoquer une mobilisation des collectifs de travail autour de ce programme stratégique, le pdg annonce qu’à partir de 2016 l’ensemble des patrons de marque et de pays et des membres du comex seront rémunérés sur leurs contributions effectives » résume l’article.

Alors que les bonus des patrons sont parfois décriés pour leur montant jugé excessif ou les conditions dans lesquels ils sont accordés, le groupe de cosmétiques avance une solution pragmatique pour mobiliser les dirigeants autour des questions de responsabilité. Si l’engagement paye, il y a fort à parier que le virage durable soit opéré plus efficacement. Une initiative qui mérite d’être saluée comme une initiative réaliste et efficace, qui contrebalance une approche uniquement contraignante de la RSE.

Lire ici en intégralité l’article sur le site Business Les Echos
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche