RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/04/2017

L’Ademe n’a plus d’argent pour financer des projets




L’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe) n’a plus les moyens de faire son travail. Une partie des subventions promises ont été gelées par cet organisme qui fait les frais des coupes budgétaires décidées par la loi de finances de 2016.


ILD
ILD
Il y a les grands discours et il y a la réalité sur le terrain. Les subventions allouées par l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe) ont été gelées faute de fonds disponibles. Alors que la question du financement de la transition énergétique a été au cœur de tous les débats sur l’environnement ces dernières années, l’un des principaux acteurs publics sur le sujet n’a simplement plus les moyens de contribuer comme il devait le faire.

« La direction de cet établissement a dû se résoudre à geler une partie du versement de ses subventions. C'était cela ou retarder le règlement des salaires de ses 1.100 agents. Une hypothèse difficile à imaginer mais qui, pourtant, s'était mise à poindre ces dernières semaines. A telle enseigne que la direction a dû assurer du contraire les représentants du personnel, le 21 mars dernier en comité d'entreprise » lit-on dans les colonnes du journal Les Echos.

Une situation qui avait été prévue par la Cour des comptes à la fin du mois de mars. « Dans une note à l'ensemble du personnel datée du 3 avril et que « Les Echos » se sont procurée, la direction de l'Agence fait état de « plus de 180 millions d'euros d'échéances restant à payer (...) dont plus de 140 millions d'euros sont dépassées de plusieurs mois ». Pour soulager cette pression sur sa trésorerie, il y est notamment préconisé, outre la suspension de certaines mises en paiement, de ne pas faire de relance sur les restes à payer. Les petites collectivités, entreprises et associations, qui n'ont pas les moyens d'attendre, seront réglées dans les délais. Les grandes, dont les projets, beaucoup plus lourds, nécessitent des décaissements importants de la part de l'agence, attendront » continue le journal.

La source des ennuis pour l’Ademe serait la loi de finances de 2016 qui avait opéré une coupe budgétaire de 90 millions à l’organisme. Avec un budget total de 690 millions d’euros dont 85% pour financer des démarches et inciter les différents acteurs à la transition, l’agence se retrouve dans cette situation pour la deuxième année consécutive.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche