RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
16/08/2016

Islande, l’environnement souffre du tourisme




L’ile de l’Océan Atlantique reçoit chaque année plus de quatre fois son nombre d’habitants en touristes. Une bonne nouvelle pour l’économie locale mais un sujet d’inquiétude pour l’environnement. D’après des experts, cette situation pose de nombreux problèmes pour la conservation des sites naturels.


ILD
ILD
En 2016, la petite d’Islande devrait accueillir pas moins de 1,7 million de touristes. Un chiffre ahurissant lorsque l’on sait que l’île du nord de l’Océan Atlantique ne compte que 330 000 habitants. Source non négligeable de revenus pour les Islandais le tourisme est une bénédiction pour l’économie mais pas pour l’environnement.

Dans un article dédié à ce sujet, la radio RFI rapporte que des experts s’inquiètent des conséquences sur l’environnement de l’explosion du tourisme. « Sur les routes islandaises, entre les volcans et les glaciers, les cars de touristes se multiplient. Depuis l'éruption du volcan Eyjafjallajökull en 2010, l'industrie touristique a battu un record chaque année, selon l'office islandais du tourisme. Depuis janvier, l’île a accueilli 1 million de visiteurs, une hausse de 34 % par rapport à l'an dernier. Le tourisme est devenu une industrie plus rentable que la pêche et la production d'aluminium » commence la radio.
« Mais les sites naturels, comme les geysers et les champs de lave, ne sont pas encore équipés d’infrastructures capables d’accueillir autant de personnes, prévient Anna Dora Saeporsdottir, responsable du département des sciences environnementales de l'université d'Islande : « 80 % des touristes viennent ici pour profiter de la nature. Cela crée une pression énorme sur nos sites naturels. Les visiteurs piétinent la végétation, des formations géologiques ou encore des sols qui sont très fragiles. D'ailleurs, nous constatons déjà des effets très visibles sur notre environnement. Bien sûr, cela nous inquiète. » rapporte RFI.

Pour un tourisme responsable

Face à ce phénomène l’universitaire invite les autorités du pays à légiférer. Les sites naturels doivent être protégés de cette afflux touristique impressionnant. Sans une réaction rapide et proportionnée, le patrimoine naturel de l’île risque d’être gaspillé. Des idées originales doivent être développées pour créer une nouvelle économie touristique responsable. Ce pourrait même être un moyen de surfer de manière durable sur l’explosion du tourisme : création de parcs naturels payants, de brigades de surveillances, d’investissements dans la clôture et la protection de la richesse naturelle.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche