RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
10/06/2015

HEC et l’entreprenariat durable, mention peut mieux faire




Des étudiants du master développement durable d’HEC se sont associés à des associations engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le but est de faciliter l’intégration des considérations environnementales et économiques dans la création d’une entreprise.


HEC et l’entreprenariat durable, mention peut mieux faire
Que se passerait-il si l’environnement n’était pas un obstacle à l’entreprenariat ? C’est avec cette idée en tête que les étudiants du master développement durable d’HEC se sont lancés dans une aventure relayée par le journal Le Parisien Aujourd’hui en France. « En partenariat avec l'association Climatup, le master développement durable d'HEC a planché sur la question. Challenge de cet atelier d'un genre nouveau : imaginer des start-up prenant en considération l'urgence climatique » rapporte le quotidien.
 
L'initiative  a été très bien accueillie par les associations qui se sont engagées aux côtés des étudiants. « Parmi les projets nés de ces 36 heures de réflexion : Greenbox, qui propose l’installation de batteries chez les particuliers pour qu’ils stockent l’électricité qu’ils produisent, ou encore Foodplicity, une plate-forme qui a l'ambition de mettre en contact les particuliers souhaitant racheter les denrées périssables appartenant à d'autres particuliers qui n'auront pas le temps de les consommer » lit-on plus loin.

Un déclic qui doit dépasser les secteurs directement liés

« Penser la création d'entreprises en des termes environnementaux : il y a en effet tout à gagner à généraliser - et rendre banal - le côté exceptionnel d'une telle rencontre » commente Le Parisien. L’idée n’est pas nouvelle et l’initiative des étudiants de l’école de management est à saluer. C’est la démonstration qu’il existe un vrai potentiel économique derrière les idées vertueuses de défense de l’environnement.
 
En revanche, il est important de remettre ces initiatives à leur place et de réaliser que, aussi bénéfiques soient-elles, elles restent inscrites dans la sphère de l’économie verte. Le véritable déclic, porteur de changement, ne peut s’opérer que si les démarches écologiques et environnementales sont intégrées dans des secteurs qui ne sont pas directement liés. C’est la force d’une stratégie RSE assumée : elle inclue une démarche responsable sans la mettre au cœur de son business plan.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche